RMC Sport

Kvitfjell : Clarey, un podium au courage

Johan Clarey

Johan Clarey - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Après des JO ratés, Johan Clarey a rebondi ce samedi en prenant la 2e place de la descente de Kvitfjell, derrière le Canadien Erik Guay. Une belle récompense pour le Français, qui hésite à arrêter sa carrière à la fin de la saison.

Affecté par des Jeux Olympiques ratés et un genou usé par ses deux opérations subies durant sa carrière, Johan Clarey n’avait pas écarté une possible retraite à la fin de saison. Après sa surprenante deuxième place ce samedi sur la descente de Kvitfjell (Norvège), remportée par le Canadien Erik Guay, il serait évidemment dommage de voir le skieur de La Clusaz raccrocher les skis au début du printemps. Surtout qu’à 33 ans, le Français vient quand même de signer le meilleur résultat de sa carrière, redonnant un peu plus le moral à tout un groupe de vitesse montré du doigt après des JO décevants. 

« Cette deuxième place a vraiment une saveur particulière car j’étais quand même dans un état d’esprit un peu délicat ces derniers jours, après des Jeux Olympiques plutôt ratés, reconnaît l’intéressé. Je ne vais pas le cacher, ça ne s’est pas bien passé pour moi sur la descente et sur le Super-G (19e, ndlr), je suis passé à côté. Faire un podium aujourd’hui, et surtout ma meilleure place en carrière, c’est fantastique. Au niveau physique, je ne suis pas au top, j’ai mal au genou, je suis assez fatigué de ma saison. Et finalement, je fais ma meilleure place en carrière à 33 ans. Comme quoi, il n’y a pas d’âge pour performer. »

« Ça me redonne le moral »

Malheureusement, c’est son physique qui commence à être rattrapé par les dix années passées au haut niveau, durant lesquelles il a pris 106 départs en Coupe du monde. Loin d’être épargné par les blessures, le natif d’Annecy a de plus en plus de mal à supporter ses récurrentes douleurs à son genou gauche. Et même s’il réalise actuellement la meilleure saison de sa carrière, avec notamment deux podiums à son compteur, Johan Clarey est obligé de remettre en cause son avenir sur le circuit.

« Au niveau de ma tête, c’est sûr que ça me redonne le moral. Mais au niveau de mon physique, ça ne change rien du tout. Mon genou est très abimé, constate-t-il. Maintenant, il va falloir que je fasse des examens et que je vois exactement l’étendue des dégâts en fin de saison. Après, on va essayer de soigner tout ça et tirer un bilan. Moi, j’adore toujours le ski et j’ai toujours aimé ça. Mais je ne pouvais plus continuer ainsi de toute façon. Je pense qu’on va me proposer des solutions au niveau médical et on verra comment ça se passera après le printemps. Mais moralement, je suis reparti (rires). » Et sa deuxième place du jour prouve bien que « Yo » a toujours de belles ressources mentales pour encore aller chercher les sommets.

A lire aussi :

>> Les tops et les flops français à Sotchi

>> JO : Moisson record et historique pour la France

>> Mattel : « Ça se calme seulement car je suis repartie »

La rédaction