RMC Sport

Le géant français en lutte interne

Mathieu Faivre, surprenant 4e à Beaver Creek

Mathieu Faivre, surprenant 4e à Beaver Creek - -

Les skieurs français ont rendez-vous avec leur public ce samedi avec le géant de Val d’Isère. Une discipline où les Bleus font figure de nation forte, avec six géantistes dans le Top 20. Ce qui promet une bataille féroce pour aller chercher les quatre places qualificatives pour les JO de Sotchi.

Si les Jeux Olympiques sont déjà dans beaucoup de têtes, certains vont malheureusement les vivre depuis leur canapé. La dure loi de la compétition. Alors que le géant français ne cesse de briller sur la scène mondiale, seuls quatre de ses représentants s’envoleront pour Sotchi. Quatre places pour six prétendants : Alexis Pinturault, Steve Missilier, Thomas Fanara, Cyprien Richard, Mathieu Faivre, Thomas Mermillod Blondin. Un vrai problème de riche qui offre, pour le moment, une véritable émulation au sein du groupe. Et cela se ressent sur les résultats : six Français dans les onze premiers à Sölden fin octobre, quatre dans les quinze premiers à Beaver Creek début décembre.

Des performances qui ne laissent pas la concurrence indifférente. « Les Français sont impressionnants », avait lâché le meilleur skieur de la planète, Marcel Hirscher, après Sölden. Le Norvégien Aksel Lund Svindal avait renchéri en assurant que la France était « la nation du géant ». Nul doute que la bataille s’annonce rude ce samedi sur le géant de Val d’Isère (première manche à 10h). Et ça commence dès les séances d’entraînement. « Il y a une dynamique qui est assez extraordinaire. Je n’ai jamais vu autant d’engouement et de folie aux entraînements, alors que je suis en Coupe du monde depuis 12 ans, explique Gauthier De Tessières. Gagner une manche à l’entraînement en ce moment, c’est presque comme gagner une course (rires). Franchement, c’est une concurrence très saine et c’est d’une efficacité redoutable. »

Fanara : « Que le meilleur gagne

L’intouchable Alexis Pinturault, qui fait partie des meilleurs géantistes de la planète avec l'Américain Ted Ligety et l'Autrichien Marcel Hirscher, avoue même qu’il «ne gagne pas toutes les manches à l'entraînement. » Malheureusement, il ne leur reste plus beaucoup de temps pour faire leurs preuves. Seuls trois géants (Val d'Isère, Alta Badia et Adelboden) sont encore au programme avant la date fatidique de l’annonce des sélections pour les JO de Sotchi (le 27 janvier). « Il va falloir se donner à fond sur toutes les courses, sans se poser de questions, confirme Mathieu Faivre. La moindre erreur pourra nous coûter cher. On sait qu’on a un groupe hyper dense et que tout le monde peut aller aux Jeux. Le but est de faire partie de ces quatre premiers Français le jour de la sélection. »

Si la lutte s’annonce particulièrement intense, les géantistes français ne comptent pas perdre leur solidarité pour autant. Une bagarre oui, mais tout ça dans la bonne humeur. « Il y a une petite rivalité, mais elle n’est pas malsaine. Que le meilleur gagne… sans coups bas, témoigne Thomas Fanara. Faire un croche-patte à Mathieu Faivre dans les escaliers ? Non. C’est mon collègue de chambre, il pourrait se venger pendant la nuit. Toute façon, ce n’est pas notre état d’esprit. » A moins de deux mois des Jeux Olympiques, Alexis Pinturault, Mathieu Faivre, Thomas Fanara et Cyprien Richard ont pris une petite option sur les quatre billets pour Sotchi. Mais tout peut encore changer et ce dès samedi à Val d’Isère…

A lire aussi :

>> En vidéos : le meilleur des RMC Sport Games

>> Pinturault : « Les JO, j’y penserai le jour J »

>> En piste pour Sotchi

La rédaction