RMC Sport

Le ski français accuse le coup

Taïna Barioz

Taïna Barioz - -

Annulé ce samedi matin, le slalom de Courchevel comptant pour la Coupe du monde de ski alpin féminina été reporté à dimanche. Du coup, le Géant passe à la trappe. Un coup dur pour la station françaises et les skieuses tricolores.

La semaine dernière, les organisateurs redoutaient le manque de neige. Finalement, il en est trop tombé sur les pistes de Courchevel. Menacée vendredi en raison d’un temps capricieux au-dessus de la Savoie, l’épreuve de slalom comptant pour la Coupe du monde dames de ski alpin a été finalement été reportée à ce dimanche. Un brouillard imperméable et d’abondantes chutes de neiges sur la station savoyarde ont contraint la Fédération Internationale de Ski à décaler l’épreuve. Et ce, malgré l’intervention de près de 200 bénévoles et moniteurs qui ont œuvré toute la nuit pour remettre la piste en état. Un impondérable qui, du coup, a entraîné l’annulation du Géant initialement prévu dimanche.

La nouvelle a été accueillie comme une grande déception dans les rangs tricolores. La deuxième, ce mois-ci, après l’annulation des épreuves de Val d’Isère en raison d’un enneigement insuffisant. Et à ce jour, aucune épreuve de Coupe du monde prévue en France n’a pu être disputée.

L’effet domino

« Il n’a pas manqué grand-chose, explique Bruno Tuaire. Une partie de la piste n’a pas tenu, la cohésion entre la neige fraiche et notre base n’a pas eu le temps de se faire. Comme il s’agit d’une Coupe du monde, on se doit être au top niveau donc nous avons décidé de ne pas faire le slalom aujourd’hui ». Le directeur des sports de Courchevel a préféré ne pas compromette les épreuves de dimanche où la météo devrait être plus favorable. « Nous avons préféré annuler pour ne pas faire une course moyenne aujourd’hui et pouvoir en faire une super bonne demain avec du beau temps, poursuit-il. Il valait mieux arrêter là et ne pas dégrader la piste pour au moins pouvoir assurer une belle épreuve demain.»

Ce report du slalom, qui a eu pour effet domino d’entraîner l’annulation du Géant, est un nouveau coup dur pour les coureuses de l’équipe de France. Comme Tessa Worley, consciente que les occasions de briller devant son public en Coupe du monde ne se présentent pas chaque année. « C’est une déception car nous étions prêtes pour le slalom, déplore-t-elle. L’épreuve sera peut-être courue demain, mais il n’y aura pas de Géant donc c’est encore décevant. Malheureusement, en ski, tout ne se passe pas toujours comme on en a envie». Les pieds dans la neige, et l’esprit embrumé, le ski français fait donc la grimace. En espérant que le ciel ne lui tombe définitivement pas sur la tête en cas d’annulation pure et simple du slalom…