RMC Sport

Les skieurs français toujours à quai

Alexis Pinturault

Alexis Pinturault - -

Les skieurs tricolores nourrissaient de grands espoirs ce week-end à Wengen en Suisse. Ni les descendeurs, ni les slalomeurs ne sont parvenus à débloquer le compteur des podiums, bloqué depuis la 3e place d’Adrien Théaux à Lake Louise, le 27 novembre dernier. Inquiétant ?

Est-ce grave docteur ? Propulsé sur le devant de la scène dès les premières courses de la saison (deuxième place d’Alexis Pinturault sur le géant de Sölden puis troisième d’Adrien Théaux sur le Super G de Lake Louise), le groupe alpin français est de nouveau passé à côté de son sujet ce week-end sur la mythique Lauberhorn de Wengen (Suisse). Les Bleus repartent une nouvelle fois bredouilles ce dimanche sur l’épreuve du slalom, comme sur les quinze dernières courses. 

Ce n’est pourtant pas si étonnant. La saison dernière, le ski alpin français pouvait s’appuyer sur un Jean-Baptiste Grange de haute volée. Trois des cinq podiums étaient à mettre à son actif. Malheureusement, une opération de l’épaule gauche est venue se placer entre les deux saisons. Résultat ? Le skieur de Valloires est méconnaissable enchaînant les sorties de piste. Difficile de rivaliser avec les Marcel Hirscher, Ivica Kostelic et autres, quand on manque de confiance. 

Brenier : « Cette année, on passe à côté »

Des Tricolores qui paraissent si proches des meilleurs mais qui finissent toujours si loin… Gilles Brenier, patron du ski masculin, est conscient du mal-être que traverse son groupe alpin. « Cette année, on passe à côté. On a eu pas mal de quatrièmes places. Mais ce n’est pas une raison pour perdre espoir », assure-t-il. « Les podiums vont finir par venir. Mais à force de vouloir aller les chercher, on skie moins relâché ». 

Et si l’espoir venait de l’étoile montante du ski français, Alexis Pinturault ? Deuxième à Sölden en octobre dernier, le skieur de Moutiers, qui découvrait pour la première fois l’exigeante piste de Wengen, a encore été le seul à surnager. Quatrième du combiné vendredi, il a signé ce dimanche, avec sa huitième place, la meilleure performance de sa carrière en slalom. On se console comme on peut. 

Alexandre Mispelon