RMC Sport

Lizeroux, c’est bluffant !

Julien Lizeroux

Julien Lizeroux - -

Après deux ans et demi d’absence, Julien Lizeroux a fêté son grand retour en Coupe du monde avec une 17e place inespérée, ce dimanche, lors du slalom de Levi. Une performance qui laisse entrevoir de belles choses pour le Plagnard cet hiver.

Bluffant ! Ce mot pourrait résumer à lui seul l’incroyable performance de Julien Lizeroux, qui a pris une 17e place inespérée lors du premier slalom de la saison, ce dimanche à Levi (Finlande). Mais une telle prouesse mérite d’être résumée avec bien plus qu’un simple mot. Bien loin de Marcel Hirscher, Mario Matt, Felix Neureuther ou encore Alexis Pinturault, le Plagnard a retrouvé la compétition avec le dossard 63 sur les épaules, ce qui freinait forcément ses ambitions au départ de la course. Mais après avoir passé 34 mois en enfer, il en fallait bien plus pour le stopper car Julien Lizeroux, c’est avant tout un homme de défi.

Une heure après le passage des meilleurs, l’homme aux trois victoires en Coupe du monde est allé arracher sa qualification pour la deuxième manche, avec le 28e temps. Pas mal pour quelqu’un qui n’était plus apparu sur le circuit depuis 1029 jours… Lizeroux voulait décrocher une seconde manche au moins une fois pendant l’hiver. Pari gagné dès la première course de la saison. Sur sa lancée, l'ancien vice-champion du monde de slalom et de combiné a claqué le 11e temps de la seconde manche. Bilan des courses, une prometteuse 17e place, à 2’’52 du vainqueur du jour, Marcel Hirscher.

Lizeroux : « Ma saison est réussie »

« C’est super sympa, s’est réjoui Lizeroux dans l’Intégrale Sport sur RMC. Mais je n’en mène toujours pas large. Je sais d’où je viens. Il y avait des conditions un peu favorables aujourd’hui. J’en ai profité et je me suis fait plaisir. La cerise sur le gâteau, c’est cette deuxième manche. Moi, je suis juste heureux, j’ai la banane. Je suis très fier de ce que j’ai accompli pour revenir jusqu’ici. (…) J’ai l’habitude de ne pas trop me projeter dans l’avenir. Quoi qu’il arrive, ma saison est réussie. » Après deux saisons blanches, où il a jonglé entre une grave blessure au genou gauche, deux lourdes opérations et une pénible rééducation, qui aurait cru revoir Lizeroux et ses 34 ans à un tel niveau de performance ?

Comme l’ensemble du grand cirque blanc, Amiez a salué tous les efforts et les sacrifices du Plagnard pour revenir sur le devant de la scène. « C’est plus qu’énorme. Ne pas courir pendant deux ans, c’est une chose. Mais c’est surtout par où il est passé, estime le membre de la Dream Team de RMC Sport. Même si on lui a dit qu’il ne pratiquerait peut-être plus le sport de haut niveau, il y a cru et ça a payé aujourd’hui. Chapeau à lui ! Même s’il a eu des facteurs de course favorables, il fallait en profiter. C’est ce qu’il a fait avec l’expérience. » De quoi donner des idées à 82 jours de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Sotchi

A lire aussi :

>> Dix raisons de suivre les Bleus cet hiver

>> Levi : Lizeroux reprend du service

>> En piste pour Sotchi

Alexandre Mispelon