RMC Sport

Marchand-Arvier : « Je suis orgueilleuse »

-

- - -

A la veille du Super-combiné femmes, la skieuse des Contamines-Montjoie était à pied d’œuvre lors des entraînements de descente ce jeudi. Elle reconnaît avoir souffert sur la piste verglacée mais elle ne renonce pas à ses ambitions.

Marie Marchand-Arvier, quelles sont vos sensations sur cette piste du Kandahar ?

J’ai eu bien mal aux jambes. Je me suis fait peut-être un peu plus secouer, surtout à certains endroits. Ça reste une descente où il va y avoir des médailles. Tout le monde est dans les mêmes conditions, et le but c’est d’aller le plus vite possible pour avoir le moins mal aux jambes.

Quelles vont être les recettes pour réaliser une grande performance lors de la descente ?

On essaie d’être un poil plus en attaque pour éviter d’être secouée. Après, ça arrive d’être déséquilibrée par surprise, surtout que la visibilité est très faible. C’est le propre de notre sport, s’adapter à toutes les conditions. La meilleure sera celle qui aura le plus envoyé et le plus déconnecté le cerveau.

Vous sentez-vous revancharde après la déception du super-G (19e) de mardi ?

Je suis orgueilleuse. Je sais corriger mes erreurs, si je peux le faire le plus vite possible...

Un mot sur vos chances dans le Super-combiné qui se déroulera ce vendredi…

Le Super-combiné peut toujours apporter des belles surprises. On sent que de plus en plus de filles n’y participent pas. Des bruits courent sur le fait que Lindsay Vonn ne le fera pas. Les grandes favorites sont peut-être un peu évincées de cette course. Ce sont deux pistes très difficiles. Mon premier objectif sera de faire une belle descente, et après de limiter la casse au slalom en prenant du plaisir.