RMC Sport

Marion Rolland redescend sur terre à Méribel

Marion Rolland

Marion Rolland - -

Moins de deux semaines après son sacre aux Mondiaux de Schladming, Marion Rolland fait son grand retour sur les pistes de Coupe du monde, ce samedi à l’occasion de la descente de Méribel (10h30). L’occasion de surfer sur sa nouvelle notoriété auprès du public français.

C’est ce qu’on appelle la rançon de la gloire. Marion Rolland le sait, sa vie sur les pistes de Coupe du monde ne sera jamais plus pareille. Encore moins en France. Un peu moins de deux semaines après son sacre mondial à Schladming (Autriche), la skieuse des Deux Alpes fait son grand retour sur le circuit. Hasard du calendrier, c’est dans la station savoyarde de Méribel que la Française va endosser pour la première fois sa nouvelle tunique de championne du monde de descente. Mais pas de quoi la déstabiliser pour autant.

« C’est un nouveau chapeau à porter. Mais je ne vais pas changer parce que je suis championne du monde, confie la Dauphinoise. Ça ne m’apporte pas plus de confiance. Il faut toujours que je travaille mon mental avant le départ (rires). J’ai une saison à finir et il faut que je reste concentrée pour les dernières étapes pour me rapprocher des cinq meilleures au classement de la descente. »

Après avoir vu son destin basculer en l’espace d’une course, Marion Rolland peut désormais mesurer l’ampleur de son exploit. Tournée des médias français, retour en grâce dans sa station des Deux Alpes où des centaines de personnes l’attendaient, ou encore invitée à donner le coup d’envoi de la rencontre de Top 14 entre Grenoble et Agen. A peine le temps de se reposer que la Tricolore est déjà repartie sur les pistes.

Vulliet : « Elle n’est pas perturbée par sa nouvelle notoriété »

Le public français ne compte d’ailleurs pas rater le retour à la compétition de sa première championne du monde de descente depuis Marielle Goitschel en 1966. La station de Méribel ne pouvait rêver mieux pour fêter son « come-back » au calendrier de la Coupe du monde, après plus de 18 ans d’absence. « Ça va devenir la folie, reconnaît Rolland. J’ai beaucoup plus de photos à faire, d’autographes à signer. Ça demande un peu plus de temps et d’organisation, mais ça reste dans nos cordes (rires). C’est surprenant car en France, on n’a pas souvent de public sur le bas des courses. On est super content d’avoir un public qui surpasse presque le public autrichien (rires). » 

Si en quinze jours Marion Rolland a eu le temps de redescendre sur terre, elle profite toujours autant de sa « nouvelle vie ». « Je n’ai pas l’impression qu’elle soit perturbée par sa nouvelle notoriété, constate Jean-Philippe Vulliet, directeur des équipes de France dames. Elle a eu des moments où cette notoriété n’était pas super agréable à vivre, Là, elle en profite. On est heureux pour elle. Les gens apprécient Marion car elle a une super personnalité et une histoire derrière elle (avec la désormais fameuse chute dès le départ de la descente des JO de Vancouver en 2010). »

Mais la skieuse des Deux Alpes n’est pas venue à Méribel pour uniquement se pavaner dans la station. Elle est bien décidée à confirmer son titre en allant s’offrir sa première victoire en Coupe du monde. Un succès qui fuit les descendeuses françaises depuis Ingrid Jacquemod en 2005 (à Santa Caterina)…