RMC Sport

Mondiaux : Les regrets de Pinturault

Alexis Pinturault

Alexis Pinturault - -

Déjà sacré en super-G, l’Américain Ted Ligety a remporté lundi le super-combiné des Mondiaux de Schladming, devant le Croate Ivica Kostelic et l’Autrichien Romed Baumann. Sixième, le Français Alexis Pinturault peut nourrir de gros regrets.

Vingt-huit centièmes. C’est ce qu’il a manqué à Alexis Pinturault pour décrocher sa première médaille mondiale. Après la razzia française sur les épreuves de vitesse (trois médailles en quatre courses), le skieur de Courchevel était forcément attendu ce lundi sur le super-combiné. Mais comme en super-G, il a échoué à la sixième place d’une épreuve remportée par l’Américain Ted Ligety, véritable star de ces Mondiaux de Schladming. Rageant ! Mais la « pépite » du ski français peut nourrir de gros regrets, notamment sur sa descente de la matinée, bien loin de ses espérances (22e, à 3"35 de Baumann).

Coupable d’une grosse faute sur le haut du parcours de la première manche, le Français était condamné à l’exploit sur le slalom nocturne.« Pintu » prend alors tous les risques et survole la manche, tracée par son entraîneur Frédéric Perrin. A tel point qu’il doit réaliser une belle acrobatie pour rattraper une faute à quelques piquets de l'arrivée. Le jeune Tricolore (21 ans) réalise tout de même le meilleur temps de la manche de slalom (53’’68), qui lui aura permis de remonter 16 places. Insuffisant pour monter sur la boîte. « Il manque 3 dixièmes à Alexis, c’est ce qu’il a perdu en descente, confirme Jean-Luc Crétier, membre de la Dream Team de RMC Sport. Il a joué mais ce n’est pas passé. Il aura certainement des regrets mais ça promet de belles choses pour la deuxième semaine. »

Pinturault : « Je veux une médaille pour moi ! »

Deux courses (géant et slalom) sur lesquelles Pinturault affiche de grandes ambitions. « Je ne croyais beaucoup plus à la médaille après la descente, regrette-t-il après la course. Sur le slalom, je reprends beaucoup de temps sur les techniciens et c'est bon dans la perspective du géant et du slalom. Trois médailles pour la France, ça fait du bien. Mais j'aimerais bien en avoir une pour moi ! En géant et en slalom, c'est sûr que j'aurai les crocs. » Pour se couvrir d’or dès vendredi en géant, Alexis Pinturault devra se frotter au tenant du titre … Ted Ligety.

Déjà vainqueur en super-G mercredi, l’Américain a offert une véritable démonstration ce lundi sur la Planai, sept ans après son titre olympique à Turin dans cette spécialité. Etonnant sixième après la descente, le chef de file de la délégation américaine a surclassé la concurrence sur le slalom, où il devance le Croate Ivica Kostelic (à 1’’15) et l’Autrichien Romed Baumann (à 1’’17), qui décroche la deuxième médaille du pays hôte dans cette compétition. Deux médailles d’or en deux courses, nul doute que Ligety est bien la véritable star de ces 42es championnats du monde. Et ce n’est pas fini…