RMC Sport

Mondiaux : Worley, la « puce » est géante !

Tessa Worley

Tessa Worley - -

Tessa Worley a remporté son premier titre mondial ce jeudi sur le slalom géant des Mondiaux de Schladming (Autriche). Sa médaille d'or est la quatrième récompense à la délégation française, qui égale déjà son bilan de 2011 à Garmisch.

Attendue par tout le ski français, Tessa Worley a répondu présente ce jeudi aux Mondiaux de Schladming. Et de quelle manière ! Médaillée de bronze en 2011 à Garmisch, la skieuse du Grand-Bornand a fait mieux sur la Planai en devenant championne du monde de géant. Meilleur temps de la première manche dans la matinée, la blonde franco-australienne a survolé la piste autrichienne pour offrir aux Françaises leur premier titre en géant depuis Carole Merle en 1993 à Morioka (Japon).

Après avoir survolé la première manche avec le dossard 1, la « puce » du Grand-Bornand n’a pas calculé lors de la seconde. Une seule chose en tête : être la plus rapide ! Sur une piste verglacée comme elle l’aime, la Française se régale et relègue ses concurrentes à des années-lumière : la tenante du titre, Tina Maze, est à 1’’12. Et l’Autrichienne Anna Fenninger à 1’’18. Intouchable ! A 23 ans seulement, Tessa Worley écrit la plus belle page de sa carrière, déjà garnie de sept victoires en Coupe du monde et d’une médaille de bronze. Une journée de rêve pour la Française, qui a pu partager son sacre avec l’ensemble de sa famille, qui avait fait le trajet jusqu’en Autriche.

Toute la famille Worley rassemblée à Schladming

Un voyage qui n’a d’ailleurs pas été de tout repos, loin de là. Son papa australien, Steven, a mis 36 heures depuis Melbourne pour se rendre à Schladming alors que sa maman, Mad, a parcouru près de 1000 km dans la nuit pour assister à la course de sa fille. Son grand-père et son compagnon, un certain Julien Lizeroux, sont également venus soutenir la Bornandine. Le jeu en valait évidement la chandelle. « C’est magnifique ce qu’elle a fait, se réjouit la mère de la Française. Ma petite puce est championne du monde ! Tessa me surprend toujours, elle a un vrai mental d’acier. Je suis vraiment en admiration devant sa performance. Je ressens toute la fierté d’une maman. Toute la famille était derrière elle, les oncles, les tantes, les frères. C’est vraiment important. »

Tessa Worley offre une deuxième médaille d’or à la délégation tricolore dans ces Mondiaux, après celle de Marion Rolland dimanche en descente. Avec quatre breloques, les Bleus reprennent la tête du classement des médailles, devant les Etats-Unis (trois médailles dont deux en or), et égalent déjà leur bilan de 2011 à Garmisch. Une nouvelle médaille d’Alexis Pinturault et sa bande en géant (vendredi) ou en slalom (samedi et dimanche) permettrait aux skieurs tricolores de réaliser leur meilleure campagne depuis Val Gardena… en 1970 !

Alexandre Mispelon avec GQ et EJ à Schladming