RMC Sport

Phénoménale Bochet !

Marie Bochet

Marie Bochet - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Marie Bochet s’est adjugée ce vendredi un troisième titre paralympique à Sotchi en remportant l’or du super-combiné. A 20 ans, la benjamine de l’équipe de France devient la première française à réaliser pareil exploit. Et ce n’est pas fini.

Elle est vraiment phénoménale ! A seulement 20 ans, Marie Bochet, déjà championne paralympique de descente et super G, a enrichi ce vendredi à Sotchi sa prometteuse et déjà magnifique collection d’un nouveau métal doré, cette fois-ci en super-combiné. Une performance incroyable qui l’expédie déjà au Panthéon du sport paralympique tricolore, puisque jamais une Française n’était parvenue à faire main basse sur trois ors au cours d’une même « Paralympiade » d'hiver. Seuls le skieur alpin Stéphane Haas (à Lillehammer en 1994) et le biathlète André Favre (à Nagano en 1998) ont réalisé pareil exploit par le passé.

« C’est l’un de mes coaches qui vient de me l’apprendre, raconte la native de Chambéry. Il m’a dit : « Que tu le veuilles ou pas, tu rentres dans l’histoire des Jeux ». C’est vrai que sur le coup, je n’y réfléchissais pas du tout, je ne savais pas si je voulais rentrer dans l’histoire des Jeux. Cela arrive, c’est génial. Mon nom est gravé dans l’histoire du ski handisport. Ce n’était pas mon objectif principal mais aujourd’hui, mon objectif de me faire plaisir est complètement rempli et c’est vraiment l’important. »

Un quatrième titre en géant

Pour ses seconds Jeux après Vancouver en 2010 où, à 16 ans, elle avait pris rendez-vous avec Sotchi en terminant quatrième du slalom spécial et du super-combiné, Marie Bochet, originaire du Beaufortain, est un sacré bout de femme. Une graine de star, même, qui a parfaitement assumé son statut de multi-favorite, elle qui avait posé ses valises en Russie avec la pancarte de septuple championne du monde de ski alpin, dont cinq titres acquis l’an passé aux Mondiaux de La Molina (Espagne).

« D’où vient ma force ? s’interroge-t-elle. Je me pose aussi cette question. Je ne sais pas comment on peut l’expliquer. Je pense que j’ai beaucoup travaillé, j’ai fait en sorte d’arriver prête sur ces Jeux. Je suis contente de réussir aussi bien sur ces épreuves de vitesse qui ne me convenaient vraiment pas il y a quelques années. On a mis l’accent là-dessus avec mes coaches et je suis très contente aujourd’hui d’arriver à « perfer » dans ces disciplines, de prendre du plaisir et de ne pas être stressée. »

Et de se projeter, déjà, sur son dernier objectif, le géant. « Une médaille d’or, c’est toujours une émotion particulière, c’est toujours une sensation complètement dingue de se dire : « Ouah, j’ai gagné ! ». Et j’espère que ce n’est pas la fin. »

Le titre de l'encadré ici

|||Fourneyron la compare à Killy
La ministre des Sports, Valérie Fourneyron, a adressé ses félicitations à Marie Bochet : « En s’imposant pour la 3ème fois sur la piste de Rosa Khutor, Marie Bochet a apporté une nouvelle fois la démonstration de son implacable maturité (…) Elle devient ainsi la première Française à réaliser un tel brelan lors des mêmes Jeux Paralympiques et rejoint, dans la légende du ski alpin tricolore, le grand Jean-Claude Killy (triple médaillé d'or en 1968bn à Grenoble, ndlr). Marie réussit un coup de maître et rappelle qu’elle n’est encore qu’aux débuts de sa fulgurante carrière. »

GM (avec CG à Sotchi)