RMC Sport

Pinturault finit en trombe

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Trois semaines après sa médaille de bronze décrochée aux JO de Sotchi, Alexis Pinturault a remporté ce jeudi à Lenzerheide la finale de la Coupe du monde de super-G. Un succès qui le fait entrer un peu plus dans l’histoire de son sport.

Fin de saison en forme de feu d’artifice pour les skieurs français. Ce jeudi, Alexis Pinturault s’est imposé en finale de la Coupe du monde de super-G à Lenzerheide (Suisse). Le skieur tricolore a devancé de 0’’56 un autre Français, en la personne de Thomas Mermillod-Blondin qui signe son premier podium dans cette épreuve au nez et à la barbe de la star américaine, Bode Miller, 3e.

A 23 ans, Alexis Pinturault confirme tous les espoirs placés en lui, trois semaines après son bronze olympique décroché lors du super-G de Sotchi. S’il s’est hissé sur son 7e podium de la saison, « Pintu » est surtout entré un peu plus encore dans l’histoire de son sport. Skieur français le plus polyvalent depuis Jean-Claude Killy, il s’est en effet désormais imposé dans toutes les disciplines sauf la descente. Du jamais-vu dans notre beau pays.

Bientôt au Panthéon du ski alpin ?

A son tableau de chasse figurent donc deux succès en Coupe du monde de slalom (Val d’Isère et Wengen), deux en super combiné (Kitzbuhel et Wengen), un en géant (Garmish), un en slalom parallèle (city event de Moscou) et donc un en Super G, à Lenzerheide.

Si dans les mois ou les années à venir le joyau du ski français parvenait à remporter une descente, il entrerait ni plus ni moins qu’au Panthéon du ski mondial puisque seuls 5 skieurs, dans toute l’histoire de ce sport, sont parvenus à s’imposer au moins une fois dans chaque discipline du ski alpin. A savoir Marc Girardelli, Pirmin Zurbriggen, Gunter Mader, Kjetil Andre Aamodt et Bode Miller. La légende lui tend les bras.

GM et EJ