RMC Sport

Pinturault : « Il faut que je m’entraîne plus »

Alexis Pinturault

Alexis Pinturault - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Médaillé de bronze en géant aux JO et 3e au classement général de la Coupe du monde, Alexis Pinturault a vécu une grande saison 2013-2014. Le skieur de Courchevel (22 ans) fait le bilan et se projette vers ses objectifs futurs.

Une saison accomplie

« Mon hiver a été régulier, je n’ai pas eu de coup de fatigue. Ou alors rapide et je venais me replacer dans les cinq meilleurs. A chaque fois que je suis arrivé en bas j’étais tout le temps dans les dix, sauf une fois. J’étais même très régulièrement dans les cinq. C’est une bonne chose. C’est là qu’il faut aller. Quand on voit Hirscher qui gagne le classement général de la Coupe du monde, c’est ce qu’il fait. Il fait même mieux puisqu’il est tout le temps sur le podium. Je suis content de ça, surtout que j’ai des podiums dans différentes disciplines (Super-G, Super-combiné, slalom, géant, ndlr). Il faut encore construire et aller chercher plus haut. »

La médaille de bronze à Sotchi

« Il faut être content. Sur ce genre d’évènements, ce n’est jamais facile. Sortir avec une médaille en étant favori, ce n’est jamais évident. A l’image de Marcel Hirscher, Ted Ligety et Axel Lund Svindal. Ces évènements peuvent être traîtres. On a beau être bon, il faut savoir se préparer correctement et répondre présent le jour J. Ce n’est jamais une chose facile mais j’ai réussi. C’est d’autant plus satisfaisant et je pense que c’est comme ça que je construirai sur les années futures. »

Un avenir en Super-G

« J’ai toujours pensé qu’en Super-G, peut-être pas sur tous les profils, je pouvais aller chercher quelque chose. J’étais capable de me rapprocher du top 5, du podium. Mais d’aller chercher une victoire (à Lenzerheide, en Suisse, ndlr), c’est la cerise sur le gâteau. Je pense que je peux devenir plus régulier, surtout sur les profils un peu plus faciles qui me conviennent un peu moins. Mais je vais travailler dessus pour être encore meilleur l’année prochaine. L’année prochaine, je m’alignerai sur presque tous les Super-G. J’en louperai un maximum. Pour la descente, je me laisse plus de temps. »

Une organisation personnalisée ?

« C’est possible. Après, est-ce que ça se fera, je ne sais pas. Je vais en discuter avec les entraîneurs pour savoir s’il est possible de mettre quelque chose en place. Bien entendu, je n’ai pas envie de sortir de la Fédération. Ce n’est pas quelque chose qui m’irait ou qui me conviendrait. Mais pourquoi pas, si c’est possible, me mettre un entraîneur pour moi et partir un peu plus en stage. Parce qu’à l’inverse de certains dans le groupe, je ne fais pas une ou deux disciplines mais j’en fais quatre minimum. Il faut forcément que je m’entraîne plus. »

A lire aussi :

>> Pinturault ne refroidit pas

>> Pinturault : « Je ne me voyais pas gagner »

>> Toute l'actu du ski alpin

Propos recueillis par Edward Jay