RMC Sport

Pinturault : "Il y a deux jours, j’étais dans mon lit avec de la fièvre"

Alexis Pinturault

Alexis Pinturault - AFP

Troisième du géant ce vendredi à Beaver Creek, Alexis Pinturault savoure. Le Français, malade dans la semaine, a souffert physiquement pour accrocher le podium derrière l’Américain Ted Ligety et l’Autrichien Marcel Hirscher.

Alexis Pinturault, comment vous sentez-vous après cette médaille de bronze sur le géant ?

Cette médaille fait du bien. Aujourd’hui, c’était difficile. C’était très serré après la première manche. Tout restait à faire dans la deuxième. Rien n’était joué. Il a fallu attaquer, essayer de donner le meilleur. Malheureusement, je n’étais pas au meilleur de ma forme dans la deuxième manche. Je n’ai pas eu toutes les forces que j’aurais voulu avoir ou toutes celles que j’avais lors de la première manche. Ça a été très dur de finir et de finir correctement. Physiquement, j’ai senti que c’était difficile. 

Vous étiez encore malade…

Il y a deux jours, j’étais dans mon lit avec de la fièvre. Le but, c’était tout simplement d’être au départ aujourd’hui et dans la meilleure forme possible. C’est une belle finalité. Ça aurait pu être mieux. Mais ça aurait pu être bien pire aussi.

C’est votre premier podium aux Mondiaux…

Ça fait plaisir, bien entendu. Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas forcément évidentes. Sur le super-combiné, on aurait dit que le sort s’acharnait contre moi. Aujourd’hui, ça va mieux, même si je reste un peu malade. Il y a cette première médaille. Il faudra essayer de concentrer pour dimanche et surtout, récupérer.

Etiez-vous sous pression après votre 5e place au super-combiné ?

Ce n’est pas quelque chose qui me dérange. Mon but n’est pas que cette pression s’en aille. Ça voudrait dire que je suis dans les bas-fonds du classement. Ça ne va pas avec mes objectifs. Je l’accepte, cette pression. Ça ne me dérange pas. Je vais continuer de faire avec. Et le plus longtemps possible, j’espère.

Que signifie le fait d’être sur le podium avec Ted Ligety et Marcel Hirscher ?

Il y a des podiums qui sont plus beaux que d’autres. Ce qui est beau aujourd’hui, c’est que les trois meilleurs géantistes de la saison sont aux trois premières places. Ça rend toujours plus fier que quand il y a des surprises.

Comment allez-vous aborder le slalom dimanche ?

Le seul but, ça va être d’essayer de me reposer. Quand je vois comme j’ai faibli aujourd’hui sur la deuxième manche, le but, ce sera de ne pas faiblir comme ça sur la deuxième manche du slalom. 

la rédaction avec Georges Quirino à Beaver Creek