RMC Sport

Séchaud : « La blessure de Worley ? Un coup dur et un choc »

Tessa Worley

Tessa Worley - -

Victime d’une rupture du ligament antérieur du genou droit, Tessa Worley est forfait pour les JO de Sotchi. Anthony Séchaud, coach du groupe technique féminin, a confié sa déception mais affirme que ce n’est pas la fin de la carrière de la skieuse.

Anthony, on imagine que la blessure de Tessa Worley est un vrai coup dur pour vous...

C’est un coup dur, avant tout pour Tessa. Le contraste entre il y a deux jours (quand elle remporte une manche de Coupe du monde à Saint-Moritz, ndlr) et ce mardi a créé un choc. C’est juste un coup à amortir pour pouvoir ensuite repartir. Ce n’est en aucun cas un arrêt de carrière, donc il faut relativiser par rapport à cela. Coup dur sportif, dur à encaisser pour elle, ses coéquipières et l’ensemble du staff.

Après Marion Rolland, victime en septembre de la même blessure, Tessa Worley est elle aussi privée des JO de Sotchi. L'équipe de France est-elle maudite ces derniers temps ?

C’est une sacrée série noire. Mais, encore une fois, on essaie de relativiser. Marion (Rolland), championne du monde en titre de descente, s’était déjà blessée, aujourd’hui Tessa… C’est difficile sportivement. Mais ce sont des athlètes que vous reverrez, vraiment. Il faut essayer de repartir. Il nous reste une belle équipe et pour les filles, nous sommes vraiment compétents. Avec les JO en ligne de mire, il faut remobiliser tout le monde autour de ce que nous pouvons encore faire. Puis laisser les personnes compétentes qui travaillent en marge du circuit Coupe du monde se remettre et revenir plus forts.

Tessa Worley n'a-t-elle pas payé un programme trop chargé ?

Il y a un programme de Coupe du monde qui est mis en place. Ce sont des athlètes qui travaillent pour ça, qui sont formés pour ça. Alors, on peut discuter du programme mais je crois que c’est malvenu aujourd’hui. On a fait un rapatriement en avion tout de suite après Saint-Moritz. On a essayé d’optimiser au maximum la récupération. Il y a une Coupe du monde en France, un slalom et on voit que le public a répondu présent et est venu soutenir, malgré le fait que ce soit tenu en semaine. Les athlètes se doivent de courir, c’est le sport. C’est comme ça et je trouve malvenu de parler de son programme.

Lire aussi : >> Courchevel : Worley forfait pour les JO ? 
>> Worley, prophète en son pays ? 
>> Toute l'actualité du ski alpin 

Propos recueillis par George Quirino