RMC Sport

Val d'Isère, entre miracle et prouesse

La station de Val d'Isère

La station de Val d'Isère - AFP

Grâce au travail de l’équipe de Vincent Jay, directeur du Club des Sports de Val d'Isère, la station française accueillera bien les épreuves féminines de ski alpin ce week-end. Un vrai exploit compte tenu des conditions météos défavorables il y a encore quelques jours.

Il y a aura bien une épreuve de Coupe du monde de ski en France en cette fin d'année. Ce week-end, la station de Val d'Isère accueillera le 59ème Critérium de la Première Neige avec une descente féminine programmée samedi (10h30) avant un Super-G dames dimanche (10h30) sur la piste Oreiller-Killy. Pourtant, la tenue de l'épreuve a longtemps été incertaine. Il y a deux semaines, la Fédération Internationale annulait l'épreuve masculine de ski alpin de Val d'Isère (13, 14 décembre) et les courses féminines de Courchevel (aux mêmes dates). Elle repoussait aussi à janvier l'étape de Val Thorens en ski cross et décidait il y a une semaine de l'annulation de la coupe du monde de ski de fond à La Clusaz. La raison ? Pas assez de neige. Des températures trop douces.

Il a donc fallu un travail de titans pour que Val d'Isère sauve son épreuve dames ce week-end. Il y a une semaine la piste Oreiller-Killy était verte. Aujourd'hui, toute la station est blanche grâce à la vingtaine de centimètres d'or blanc tombée dans la nuit de mercredi à jeudi. Même la Face de Bellevarde, piste où aurait dû évoluer les garçons il y a une semaine, est déjà recouverte d'une épaisse couche blanche.

Rolland : « Une piste hyper sympa »

« Mes équipes ont réalisé une prouesse, remarque Vincent Jay, ancien champion olympique de biathlon, aujourd'hui directeur du Club des Sports de Val d'Isère. Réussir à enneiger trois kilomètres de long avec parfois des épaisseurs à plus d'un mètre, en ayant que deux jours de production de neige de culture, c'est tout simplement énorme ! On n'avait pas assez de neige pour les hommes pour organiser une Coupe du Monde digne de ce nom. Chez les femmes, on avait fait une carrière à neige. On a pris de la neige de droite pour la mettre à gauche. On a fait des rotations avec des chargeuses, des camions. Tout le monde a bossé et on a réussi à enneiger trois kilomètres de long. »

Ce vendredi, le premier entraînement de la descente féminine a donc pu avoir lieu après l'annulation du précèdent la veille en raison des mauvaises conditions. De quoi redonner le sourire aux filles de l'équipe de France, excitées à l’idée de pouvoir enfin skier devant leur public. « On est hyper contentes de pouvoir courir en France, un peu à la maison, jubile Marion Rolland. En plus, c’est une piste qui est hyper sympa, complète avec une grosse vitesse moyenne sur toute la descente. C’est vraiment agréable d’être ici. » Vincent Jay, lui, refuse de jouer les faux modestes lorsque, tout heureux d’accueillir la seule étape française de ski alpin maintenue cette saison, il clame : « Pour reprendre le titre d’une émission, Val d’Isère a un incroyable talent !»

la rédaction avec GQ