RMC Sport

Val d’Isère : Lizeroux rajeunit, Pinturault craque

-

- - AFP

Henrik Kristoffersen a remporté le slalom de Val d’Isère ce dimanche en Coupe du monde. Le Norvégien s’est imposé devant l’Autrichien Marcel Hirscher et l’Allemand Felix Neureuther. Julien Lizeroux a terminé 5e. Alexis Pinturault est sorti.

Net et sans bavure. Henrik Kristoffersen a plané sur le slalom de Val d’Isère ce dimanche en Coupe du monde. Le Norvégien a remporté les deux manches pour aller chercher la victoire sans aucune contestation. Il a devancé l’Autrichien Marcel Hirscher (+1’’09), auteur d’une folle remontée après une première manche ratée, et l’Allemand Felix Neureuther (+1’’46). En embuscade ce matin, les Français n’ont pas réussi à se hisser sur le podium. A 36 ans, Julien Lizeroux a terminé à une belle 5e place (+2’’42). Son meilleur résultat depuis 2011.

" Je crois que je suis le premier surpris, peut-être le plus surpris d’entre tous, explique le Plagnard. Mais le ski de haut niveau, ça ne tient qu’à une chose, le chrono. Le reste, finalement, ce n’est que secondaire. Je ne me juge et je ne suis jugé que sur une chose, le résultat. Il n’y a que ça qui compte. Tout ce qui a été fait avant, finalement, on s’en fout. Mais c’est une très belle journée, déjà parce qu’on est en France. Il y a cent gamins du club qui sont venus me voir avec tout le fan club et j’ai répondu présent. C’est peut-être ce dont je suis le plus fier, car c’est quand même une piste compliquée. Les sensations n’étaient pas forcément bonnes mais à la rigueur, ça, on s’en fout. Cela me permet de bien commencer ma saison. Ça me permet d’imaginer des choses encore plus belles."

Pinturault : "J’ai versé des larmes"

Victor Muffat-Jeandet s’est classé 11e. Pour son retour à la compétition, le double champion du monde Jean-Baptiste Grange a enfourché. Quant à Alexis Pinturault, 3e avant la deuxième manche, il a été malchanceux. Il a cassé un piquet à l'entrée du mur et celui-ci a dévalé à côté de lui, une fois à gauche, une fois à droite, pendant plusieurs mètres. Jusqu'au moment où le Français a dû l'éviter, tout en essayant de garder de la vitesse... Mais il a fini par partir à la faute. Se sentant maudit, il a essuyé quelques larmes en sortant de la piste. Le skieur de Courchevel n'a fini que deux courses sur cinq cette saison, ne marquant des points qu'une fois à Sölden sur le géant, avec une 5e place.

"J’ai versé des larmes, je ne vais pas le cacher, confie Alexis Pinturault. Forcément, ce ne sont pas des moments évidents. C’est ce que je disais aux entraineurs, le début de saison, c’était vraiment de ma faute. Derrière, il y a des faits de course comme à Beaver Creek sur le géant. Aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est le coup du sort. C’est un peu dur à encaisser, mais chaque athlète a vécu cela à un moment ou à un autre. Donc je m’accroche."

AJ avec GQ à Val d'Isère