RMC Sport

Asloum : « Mormeck a une chance de gagner »

Brahim Asloum

Brahim Asloum - -

Jean-Marc Mormeck sera samedi le troisième boxeur français de l’histoire à tenter de décrocher la ceinture de champion du monde des poids-lourds, face à l’Ukrainien Wladimir Klitschko. Membre de la Dream Team RMC, Brahim Asloum analyse ses chances de victoires.

Brahim, Jean-Marc a-t-il une chance d’être champion du monde ?

Oui, il a une chance. Dans un combat de boxe, tout peut basculer. Même si on est en difficulté, on peut trouver les ressources pour faire basculer le combat. On sait quand on commence un combat, mais on ne sait pas quand est-ce que ça se finit. Au premier coup de poing, on sentira un peu plus la température. Peut-être que le fait qu’il soit le troisième français à disputer un championnat du monde des poids-lourds va lui donner une force supplémentaire. Puis physiquement, il est très bien, très affuté. Mais ce sera un combat très difficile pour Jean-Marc.

Quelle sera la clé du combat ?

Quand on est plus petit (1m83 pour Mormeck, 1m99 pour Klitschko, ndlr) l’adversaire a forcément une plus grande allonge, et Wladimir l’utilise parfaitement. Donc la clé du combat sera de le coller au maximum pour le déstabiliser et enrayer la machine. Mais on sait que ce n’est pas facile de se rapprocher de son adversaire. Donc Jean-Marc devra utiliser de la malice, de la technique et de la stratégie.

Jean-Marc a déclaré qu’il allait lui briser la face. Ça vous plait de voir de la provocation avant un combat ?

Provoquer, oui, mais à travers un sourire, ou un regard. Moi, je ne l’ai jamais fait de cette manière. Mais la boxe est un sport où le show fait partie du jeu. Donc ces provocations sont des manières de déstabiliser son adversaire, de l’empêcher de dormir correctement. Les plus belles provocations sont celles improvisées, et je pense que c’est le cas.

Jean-Marc Mormeck a décidé de changer d’entraineur et d’opter pour un Bulgare. Quel est votre point de vue ?

Je me suis renseigné, et je ne le connais pas. Inconnu au bataillon. C’est une surprise pour tout le monde. Je pense que Jean-Marc a fait ça pour déstabiliser le clan Klitschko. Je crois savoir que l’entraineur ne parle que le Bulgare, voire peut-être le Russe. Je me demande donc comment ils vont communiquer. Car un coach de coin (du ring, ndlr), c’est les yeux du boxeur. Tout ce que le boxeur ne voit pas, le coach doit lui raconter. La confiance entre les deux doit être totale. Pour moi, c’est un point noir. En tous les cas, changer de coach à trois semaines d’un combat, ce n’est pas la meilleure chose à faire.

Pourquoi a-t-il pris un tel risque ?

Sûrement pour avoir un coach qui sait comment fonctionnent les boxeurs de l’est. Ils sont très stéréotypés, ils boxent en ligne. Mais on n’a pas besoin d’un entraineur pour savoir ça. Il l’aurait pris 3 ou 4 mois avant, ça aurait été intelligent et logique. Mais là, ce n’est pas pareil…

Quelle est l’importance de ce combat ?

Une victoire de Mormeck ferait le plus grand bien à la boxe française. Elle pourrait donner un élan à la France et faire rêver les enfants. Ce combat dépasse les frontières de Jean-Marc. Une victoire serait la plus belle chose qui pourrait nous tomber dessus. En tant que supporter français, je le soutiens du fond du cœur.