RMC Sport

Boxe: Charlie Edwards mis KO... avant de récupérer sa ceinture sur décision du président de la WBC!

Champion WBC des mouches, le Britannique Charlie Edwards défendait sa ceinture ce samedi soir à Londres face au Mexicain Julio Cesar Martinez Aguilar. Et alors que ce dernier semblait avoir mis son adversaire KO pour devenir champion, un dernier coup porté alors que le boxeur local avait le genou à terre a poussé le président de la WBC à transformer la décision en "no contest". Ce qui permet à Charlie Edwards de conserver sa couronne.

"Bienvenue en Angleterre..." Samyr Hamoudi, le commentateur des soirées boxe de RMC Sport, a peut-être visé juste à l’heure de commenter l’imbroglio à la fin du combat pour le titre WBC des mouches entre Charlie Edwards et Julio Cesar Martinez Aguilar ce samedi soir à l’O2 Arena de Londres, dans la carte du combat d’unification des légers entre le génial Vasiliy Lomachenko et Luke Campbell. Le Mexicain semblait l’avoir emporté après avoir mis KO le Britannique lors du troisième round. Mais l’observation du ralenti montrait que le dernier coup, au corps, avait été porté alors que le champion avait un genou à terre. 

Mauricio Sulaiman intervient

Si cela n’enlevait rien à la démonstration de force de Julio Cesar Martinez Aguilar, qui avait plus que mérité sa victoire, c’était assez pour pousser Mauricio Sulaiman, président de la WBC, à monter sur le ring pour annoncer que la décision était renversée en "no contest" en raison de ce dernier coup trop tardif. Résultat? Charlies Edwards, chouchou du public britannique depuis qu’il a conquis son titre (qu’il défendait pour la deuxième fois) en décembre dernier, pouvait conserver sa ceinture devant ses fans. Pas illogique si l’on applique le strict règlement. Mais dur, très dur pour le challenger quand on a vu comment le combat tournait au moment de ce KO qui n’en était finalement pas un. Et Charlie Edwards n’aurait peut-être pas bénéficié d’une décision aussi conciliante s’il n’avait pas été « à la maison ». On vous laisse juger.

AH