RMC Sport

Boxe: Mahyar Monshipour sous le coup d'un mandat d'arrêt en Iran

Mahyar Monshipour et Sadaf Khadem, sa femme, sont sur le coup d'un mandat d'arrêt en Iran.

Mahyar Monshipour et Sadaf Khadem, sa femme, sont sur le coup d'un mandat d'arrêt en Iran. - AFP Sports

Mahyar Monshipour, et Sadaf Khadem, sont "sous le coup d'un mandat d'arrêt" en Iran, après le combat de cette dernière à Royan, en France. La raison? Un premier combat officiel de boxe pour une Iranienne qui déplaît au régime.

Sadaf Khadem, jeune professeure de fitness de 24 ans, a disputé son premier combat officiel de boxe à Royan samedi dernier. Une première pour la sportive et son pays, l'Iran. Sauf que le régime iranien a peu goûté au message renvoyé par cet événement, comme l'a expliqué Mahyar Monshipour à Sud Ouest: "Un mandat d'arrêt a été émis contre moi. Donc, j'imagine ce qu'il arriverait aussi à Sadaf".

L'ancien champion du monde des super-coqs, six fois invaincu entre 2003 et 2006, et Khadem, n'ont donc pas regagné Téhéran, où ils s'entraînent habituellement. Aujourd'hui conseiller technique de la ministre des sports Roxana Maracineanu, Monshipour préfère pour l'heure "rentrer à Poitiers."

"On a gagné pour les femmes"

Sadaf Khadem a été la première femme iranienne à disputer un combat officiel de boxe. Un sport qui vient tout juste de s'"ouvrir" aux femmes, en théorie. La réaction du régime montre un certain flou autour de cette décision. Mahyar Monshipour, originaire de Téhéran, a été le premier boxeur originaire d'Iran champion. Venu en France à 10 ans, le boxeur avait été naturalisé en 2001. Il exprimait sa fierté de voir sa protégée disputer son premier combat.

A la sortie du ring, victorieuse, Sadaf Khedam disputait un autre combat: "On a gagné pour les femmes et on doit être forte partout pour gagner pour les femmes." Elle aussi native de Téhéran, la jeune Iranienne insistait alors sur le symbole de sa victoire: "Je dédie cette victoire à tous les hommes et femmes qui ont donné leurs vies pour défendre mon pays, un million de morts. Les femmes peuvent franchir les montagnes si elles le veulent."

G.L