RMC Sport

Comment Tyson déjouait les contrôles antidopage

Mike Tyson

Mike Tyson - -

L'ancien champion du monde de boxe, Mike Tyson, a révélé avoir utilisé un faux pénis pour passer les contrôles antidopage. Il s'est confessé dans son autobiographie "Undisputed Truth", prochainement en vente.

Mike Tyson n'était pas à son premier coup d'essai en termes de frasques. Mais l'ex-champion du monde des poids lourds n'avait pas encore tout révélé sur sa carrière sulfureuse. L'Américain a ainsi dévoilé avoir utilisé un… faux sexe rempli d'urine propre pour passer les contrôles antidopage, rapporte The Telegraph.co. Un stratagème pour passer entre les mailles du filet puisque du temps de sa gloire, l’ex-boxeur, aujourd'hui âgé de 47 ans, était dépendant à la cocaïne et à la marijuana. Deux substances prohibées qui auraient pu induire un contrôle positif.

Ces confessions, Mike Tyson les a couchées dans son autobiographie, Undisputed Truth, "l'Incontournable vérité" en français, en vente le 21 novembre prochain. L’ancienne star des rings a avoué avoir utilisé ce subterfuge en 2000, avant un combat contre Lou Savarese, à Glasgow, en Ecosse. La même année, il n'avait pas eu le temps de récupérer l'urine d'un membre de son équipe avant de monter sur le ring face à Andrew Golota. Rattrapé par la patrouille, il avait alors écopé d'une amende de 200 000 dollars, soit environ 150 000 d'euros.

Addict à la cocaïne dès l'âge de 11 ans

Dans cet ouvrage, Mike Tyson dit avoir été « complètement accro à la cocaïne ». Il révèle en avoir consommé très peu de temps avant sa défaite face à Danny Williams, en 2004. « Iron Mike » explique aussi avoir pris de la cocaïne avant une célèbre conférence de presse avec Lennox Lewis à New York, en janvier 2002. La présentation du combat s'était terminée en pugilat. « J'ai perdu la tête se souvient Tyson. Je l'ai examiné et j'ai voulu le frapper, ce fils de p... », livre-t-il dans son autobiographie.

Tyson précise avoir mis le nez dans la cocaïne dès l'âge de 11 ans. L'icône des rings y décrit également son « appétit féroce » pour l'alcool. Après plusieurs années de traitement, il confirme même avoir plusieurs fois frôlé la mort, notamment à cause de son alcoolisme chronique.

Saber Desfarges