RMC Sport

Doha : Gasquet tient sa finale

Richard Gasquet

Richard Gasquet - -

En disposant vendredi de l’Allemand Daniel Brands (7-5, 7-5), Richard Gasquet s’est qualifié pour la finale du tournoi de Doha. Il affrontera le Russe Nikolay Davydenko, facile tombeur de David Ferrer (6-2, 6-3).

 « Je vais essayer de bien débuter la saison », affirmait Richard Gasquet avant le début du tournoi de Doha. Une résolution tout ce qu’il y a de plus classique, mais à laquelle le Biterrois a le mérite de se tenir parfaitement. Face à l’Allemand Daniel Brands, il s’est ainsi offert une quatrième victoire (7-5,7-5) en autant de match cette année. Et donc une première finale, à disputer samedi face au Russe Nikolay Davydenko, surprenant de facilité en demie contre David Ferrer (6-2, 6-3). Logique favori de ce match, le Français a eu raison de ne pas prendre son adversaire à la légère.

Car bien qu’issu des qualifications, Brands a de sérieux arguments à faire valoir, du haut de son mètre 96. Gaël Monfils, sa victime de la veille, peut en témoigner. Richard Gasquet a ainsi fait preuve de beaucoup de sérieux pour se dépêtrer d’un match fermé et de très bonne qualité. Ni les 10 aces frappés par le colosse allemand, ni les trois balles de break concédées (et toutes sauvées), ne l’ont écarté de sa ligne de conduite. Plus fort dans les moments clés, le Français a su accélérer en fins de manches pour s’offrir un succès bien maîtrisé, en 1h38.

Succéder à Tsonga

A confirmer samedi, lors de la 18e finale de sa carrière, face à un Davydenko retrouvé qui a mis fin, face à Ferrer (5e), à une série de 15 défaites de rang face aux pensionnaires du Top 10. Gasquet, 10e joueur mondial, est prévenu. Son adversaire a beau être redescendu au 44e rang, il semble de plus en plus proche du niveau qui en avait fait le 3e joueur mondial en 2006. La tâche ne sera donc pas aisée pour succéder au palmarès à Jo-Wilfried Tsonga. Et préparer au mieux l’Open d’Australie, qui débutera le 14 janvier. « Cette année, je veux être meilleur dans les Grands Chelems », assure le numéro 2 tricolore. Nul doute qu’un titre à Doha et la dose de confiance qui en découle lui feraient lui plus grand bien à cet effet…

Alexis Toledano