RMC Sport

La France voit (presque) double

Tsonga - Llodra

Tsonga - Llodra - -

Encore engagée pour une médaille de bronze avec la paire Benneteau-Gasquet (15h), la France s’est assurée au moins une breloque au tournoi olympique après la qualification en finale de Tsonga-Llodra (17h). L’essentiel est fait. Et le doublé presque à portée.

Finalement, ce sera or ou argent. Sûr. Et peut-être un petit bronze avec. Après avoir connu tous les scénarii ce vendredi, fantasmé, à un moment donné, d’un doublé retentissant avec les deux plus beaux métaux, le tennis français sait à quoi s’en tenir. Après l’œuvre de démolition réalisée, en presque une heure chrono, par les frères Bryan aux dépens de la paire Benneteau-Gasquet (6-4, 6-4), la petite balle jaune hexagonale est assurée de repartir avec au moins une médaille… au terme d’un match marathon et d’un suspense particulièrement crispant.

« On est passé par toutes les émotions ». Parfait résumé signé Tsonga, tant sa doublette avec Llodra a souffert pour écarter David Ferrer et Feliciano Lopez. Trois sets (6-3, 4-6), 18-16 dans le dernier après avoir manqué une balle de match et en avoir sauvé quatre, 3h30 de jeu : tout est dit. Ou presque. « Ils ont su saisir très vite les opportunités dans le match et voilà, ça a été dur mais bon … Putain, troisièmes, on s’est battus, on a rien lâché, lâche « Jo », toutes dents dehors. On était mené 2-0 40-0 et on est revenus. Chapeau à Mika, je suis fier d’avoir joué avec lui et j’espère que demain on va aller chercher la grosse. » A côté de lui, Llodra n’est pas moins bondissant. Il y a quatre ans, à Pékin, le Parisien perdait en demie avec Arnaud Clément, avant de rater la médaille de bronze. Le cauchemar chinois ne se répétera plus.

« Pas dit notre dernier mot »

« C’est énorme. L’équipe de France pour moi c’est tout, je serais prêt à faire une tournée équipe de France toute l’année, c’est tellement bon de jouer avec ses copains, savoure Llodra. C’est magique, je viens d’avoir un troisième enfant, je vais pouvoir lui déposer … il n’y a pas de mots pour décrire ça. Je suis ravi. » La France aussi. Douze ans après le bronze en simple d’Arnaud Di Pasquale, le tennis français est assuré d’avoir au moins une médaille olympique, la troisième aussi depuis 1988 et la réintroduction du tennis aux JO. Voire même le doublé, si Benneteau et Gasquet arrachent le bronze samedi, ce que l’Hexagone n’a plus connu depuis 1912 et les Jeux de Stockholm, avec les paires Maurice Germot/André Gobert (or) et Albert Canet /Edouard Meny de Marangue.

Mais il faudra pour cela écarter la meilleure paire de double au monde. Challenge compliqué. Mais comptez sur Tsonga et Llodra, qui les connait très bien et a déjà battu en double pour tout faire pour créer l’exploit. « C’est Leconte et Noah sur le terrain, il faut y aller à fond, annonce Llodra. On sait à quoi s’attendre, il faudra faire un gros match pour gagner. Pour les avoir joué plusieurs fois, notamment sur gazon, je sais que ce n’est pas une partie de plaisir. On est content d’avoir la médaille sûre mais on n’a pas dit notre dernier mot. » Les Bryan sont prévenus. Même après avoir passé plus de trois heures sur le court, ces Mousquetaires ont du répondant.

A.D avec Georges Quirino