RMC Sport

PHM, la victoire de l’espoir

-

- - -

Près de seize mois après son dernier succès sur le circuit en raison d’une blessure au genou, Paul-Henri Mathieu a remporté son 1er tour de l’Open Sud de France, à Montpellier, contre Cedrik-Marcel Stebe. Une victoire pleine d’émotion qui lui donne de l’espoir pour la suite de la saison.

Près de seize mois sont passés depuis sa dernière victoire contre l’Allemand Mayer, au 1er tour du Tournoi de Bâle (Suisse). Seize longs mois à gamberger, sans entrevoir le bout du tunnel. Mais ça y est, enfin, Paul-Henri Mathieu a de nouveau goûté à la victoire. Ce mardi à l’Open Sud de France, l’Alsacien s’est défait de l’Allemand Cedrik-Marcel Stebe (83e joueur mondial), en 1h24 de jeu (6-4, 6-4).
Si sa blessure au genou, qui l’a contraint à s’éloigner des courts de tennis, ne semble plus qu’un vilain souvenir, le joueur de 30 ans, lui, n’y croit toujours pas. « J’ai du mal à réaliser que je vais faire un 2e tour, confie PHM. J’ai l’impression que je vais repartir demain et rentrer à la maison. Je suis content d’avoir pu traverser cette période et d’avoir pu tourner la page. C’est une deuxième étape qui commence. Maintenant, je me sens bien physiquement et c’est ça le plus important. »

Bien figurer dans les Grands Chelems

Il y a près de quinze jours, Paulo échouait pour son retour à la compétition lors des qualifications du tournoi challenger d’Heilbronn, en Allemagne. Mais Mathieu n’a pas baissé pavillon, et a tenu à honorer l’invitation que lui a attribué le tournoi Montpelliérain. Avec succès. A l’issue de cette rencontre qui fera date, l’ancien 12e mondial ne pouvait d’ailleurs contenir ses larmes. « J’étais un peu ému avant le match. Forcément, avec la victoire, cela me rattrape. »
Place maintenant à une saison qui ne sera pas de tout repos. Car PHM a bien l’intention de remonter au classement. Pour cela, il essaiera de jouer toutes les semaines, et d’aller le plus loin possible dans les tournois. Mais ce qui l’intéresse, ce sont les Majeurs. « Je repars de zéro, donc c’est très dur pour moi de me fixer un objectif, admet-il. Mais ce qui me motive, c’est de bien figurer dans les Grand Chelems. C’est pour ça que je me suis accroché.»