RMC Sport

Stockholm : Encore une finale pour Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga - -

En disposant de Marcos Baghdatis (6-4, 4-6, 5-2 ab.), samedi à Stockholm, Jo-Wilfried Tsonga s’offre une nouvelle finale. La troisième en un mois. Il affrontera Thomas Berdych, qui l’avait stoppé en quarts à Shanghai la semaine dernière.

« J'aurais préféré gagner sur une balle de match », confesse Jo-Wilfried Tsonga. Forcément, l’abandon de Marcos Baghdatis (touché aux adducteurs), alors que le Manceau avait pris l’ascendant dans la dernière manche ce samedi en demi-finale du tournoi de Stockholm (6-4, 4-6, 5-2), laisse comme un goût d’inachevé. Mais l’essentiel n’est pas là. Même sans balle de match, cette victoire offre au numéro 1 français une troisième finale sur ses quatre dernières sorties (après Metz et Pékin), et de nouveaux points pour conforter sa place dans le top 8 mondial, synonyme de qualification aux Masters.

D’ailleurs, au regard de la qualité du jeu proposée par Jo-Wilfried Tsonga - notamment dans le premier set -, il l’emporte avec la manière malgré l’abandon. « J’ai très bien joué. Physiquement, c’était très intense. J'ai été très agressif, très offensif et c'est la voie que j'essaie de prendre en ce moment. J'espère que ça va payer pour la finale », analyse-t-il.

Vers un troisième titre cette saison ?

Pour remporter le 10e titre de sa carrière, Tsonga devra se défaire de Tomas Berdych, facile vainqueur d’Almagro (6-3, 6-2). Cette victoire aurait tout du bon goût, le Tchèque le devançant de 30 petits points à l’ATP. D’autant que, de son propre aveu, le Français a faim de titres. « Se qualifier aux Masters en faisant demies dans tous les tournois c'est bien, mais on a l'impression qu'on ne les mérite pas vraiment. Pour moi, c'est bien de remporter des trophées, et après, les Masters, ce sera la cerise sur le gâteau ».

Après ses succès à Doha et à Metz, un troisième trophée cette saison serait également un moyen idéal pour Jo-Wilfried Tsonga d’engranger encore un peu plus de confiance avant le Masters de Paris-Bercy et les Masters, où il avait atteint la finale l’an passé.

Alexis Toledano avec Camille Gelpi