RMC Sport

Un expert en addictologie s’étonne « de la pauvreté des arguments » de Gasquet

Le Dr William Lowenstein, directeur général de la clinique Montevideo à Boulogne-Billancourt, réagit à la thèse de la « contamination extérieure » avancée par la défense de Richard Gasquet, contrôlé positif à la cocaïne fin avril à Miami.

« Pour qu’il y est de la cocaïne dans les urines, il faut qu’il y ait eu absorption. La médecine n’a pas rapporté de cas d’absorption involontaire de cocaïne, jusqu’à présent. En ce qui concerne l’hypothèse du verre, il y aurait dû avoir un demi gramme de mis pour retrouver un taux comme celui-là (151 ng/ml). On peut être étonné de la pauvreté des arguments après trois semaines de réflexion. »

La rédaction - Alexandre Jaquin