RMC Sport

Coupe Davis : Des Bleus renversants en demie

Gaël Monfils a offert le point décisif aux Bleus

Gaël Monfils a offert le point décisif aux Bleus - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Menée 2-0 par une équipe d’Allemagne bis, l’équipe de France a évité le pire en enlevant les trois derniers points pour rallier le dernier carré de la Coupe Davis. Les Bleus affronteront les Tchèques, doubles tenants du titre, mi-septembre.

Difficile de parler d’exploit. Même si les statistiques ne leur accordaient que peu de chances de survivre à leur vendredi catastrophique, les Bleus ont surtout évité le ridicule d’une élimination face à une équipe d’Allemagne privée de ses quatre meilleurs joueurs, ce week-end à Nancy. Depuis la création du groupe mondial en 1981, ce n’est certes que la huitième fois qu’une équipe s’impose après avoir concédé les deux premiers simples. Mais les écarts de classement entre Français et Allemands auraient dû déboucher sur un quart de finale de Coupe Davis beaucoup plus tranquille pour les joueurs d’Arnaud Clément. Au moins ont-ils affiché dimanche les vertus mentales nécessaires pour se relever du lancement raté de Julien Benneteau contre Tobias Kamke et du revers consternant de Jo-Wilfried Tsonga face à Peter Gojowczyk, 119e mondial.

Cette fois, le n°1 tricolore en l’absence de Richard Gasquet (touché au dos) n’a pas tremblé. Au lendemain de la victoire salvatrice de la paire Llodra-Benneteau en double, le Manceau s’est facilement débarrassé en trois sets (6-3, 6-2, 6-4) de Tobias Kamke, visiblement à bout de souffle pour son troisième match en trois jours. « Quand tu fais du sport, il y a des moments difficiles et il faut savoir rebondir, a expliqué Tsonga après la rencontre. Je me suis senti plus ou moins comme vendredi, sauf que j'ai été beaucoup plus opportuniste sur les balles de break. Je suis peut-être monté d'un cran en intensité par rapport au premier match, mais pas beaucoup plus. » Et cela a suffi pour envoyer Gaël Monfils disputer un simple décisif face à Gojowczyk.

Sur la voie de 1996

Le Parisien, qui avait cédé sa place à Benneteau vendredi car il s’estimait trop juste physiquement, n’a laissé aucune chance à un adversaire beaucoup moins fringant que deux jours plus tôt. Transcendé par l’ambiance, le 25e joueur mondial a enlevé les quatre premiers jeux de la rencontre avant de boucler le set inaugural en 24 petites minutes. Seulement accroché dans la deuxième manche, remportée au jeu décisif, « La Monf’ » a de nouveau déroulé dans le dernier set pour s’imposer 6-1, 7-6, 6-2. De quoi rebooster son moral, lui qui avoue que son esprit est un peu embué ces derniers temps par « problèmes personnels ».

Il a désormais quelques mois pour se remettre la tête à l’endroit puisque le prochain rendez-vous des Bleus est fixé à mi-septembre. Du 12 au 14, probablement à Roland-Garros, ils affronteront des Tchèques doubles tenants du titre, qui ont facilement éliminé le Japon (5-0) malgré l’absence de leur leader Tomas Berdych. La tâche s’annonce ardue mais les Français se rappelleront que la dernière fois qu’ils ont remonté un déficit de deux points, lors de la demi-finale 1996, contre l’Italie à Nantes, ils avaient terminé avec le Saladier d’argent entre les mains.

A lire aussi :

>> Les Bleus restent en vie

>> Les Bleus au bord du gouffre

>> L'actu de la Coupe Davis

La rédaction