RMC Sport

Coupe Davis : La France sans Gasquet et sans boules Quiès

Sans Gasquet, la France défiera l'Argentine en quarts de finale de la Coupe Davis

Sans Gasquet, la France défiera l'Argentine en quarts de finale de la Coupe Davis - -

Souffrant d’une cheville, le joueur en forme du moment ne sera pas aligné face à l’Argentine, à Buenos Aires pour son quart de finale de Coupe Davis. Tsonga et Simon débuteront en simples ce vendredi face à des Pumas diminués. Mais dans une ambiance à coup sûr survoltée.

On s’y attendait, mais c’est une nouvelle qui change un peu la donne. L’équipe de France de Coupe Davis jouera l’Argentine chez elle sans Richard Gasquet. Les Bleus affronteront les Pumas en quarts de finale, sur terre battue, sans l’homme en forme du tennis français. Gasquet, n°9 mondial après avoir quitté le top 10 pendant près de quatre ans, a été ménagé par Arnaud Clément. Le Bitterois souffre de la cheville droite, depuis une entorse contractée au Master 1000 d’Indian Wells. C’est sous infiltration qu’il a atteint les demi-finales au « 1000 » suivant, à Miami, tombant au terme d’un match solide face à Murray, futur vainqueur. Gasquet, qui ne s’est entrainé qu’en double depuis son arrivée à Buenos Aires, s’est aussi plaint de « grosses ampoules ».

C’est donc sans surprise que Clément a jeté Gilles Simon dans la pampa pour épauler Jo-Wilfried Tsonga en simples. Une contrariété qui n’inquiète pas la « Clé » : « On arrive sur une autre surface, avec des enchainements de matches qui peuvent aller sur cinq sets. Il y avait une incertitude pour Richard. La décision est de moi. Gilles est en pleine forme, il a très bien joué à Miami, son jeu s’adapte à la terre battue. Le choix a été très simple. »

Tsonga : « On va en prendre pleins les oreilles »

Sans son meilleur spécialiste sur terre battue, la France reste cependant favorite face à une Argentine privée de son plus gros atout, Martin Del Potro. La Seleccion fait les frais des bisbilles entre le n°7 mondial, vainqueur de l’US Open en 2009, et le groupe de Martin Jaite. Le capitaine argentin a aligné un expert de la surface, le trentenaire Carlos Berlocq qui pointe à la 71e place, pour défier Tsonga, chef de file des Tricolores, en ouverture. « Je suis un peu plus spécialiste que lui, je reste favori, tient à préciser le n°1 Français. Je suis super excité, comme un fou. La Coupe Davis, c’est le tennis. » Si on pouvait avoir encore un doute sur la motivation de Tsonga en bleu, il est dissipé.

Gilles Simon, le 5e homme qui a bénéficié du retrait de Gasquet, affrontera Juan Monaco (19e), qui n’a pas gagné un match sur le circuit cette saison. En cinq confrontations, le Niçois s’est imposé trois fois. « C’est un joueur difficile à battre, il faudra prendre l’avantage surtout s’il est fébrile d’entrée, mais je suis prêt à tenir la distance. » Autour du court central du Parque Roca, le public se fera encore une fois entendre, comme à son habitude. Le staff tricolore a d’ailleurs fait passer des vidéos afin de mettre les joueurs au parfum. « On va en prendre pleins les yeux et les oreilles », s’attend Tsonga. « On est prêt », assure Simon. En cinq confrontations, les Bleus n’ont jamais cédé face à leur adversaire. Même privée de Gasquet, la bande à Clément a donc les cartes en main pour débuter son quart par deux points vendredi soir, et mettre le double dans les meilleures dispositions.

A lire aussi :

>> Gasquet forfait

>> Tsonga : "On redoute leur public"

>> Tsonga-Berlocq en ouverture