RMC Sport

Coupe Davis - Peur sur la Belgique: le témoignage de Llodra

Michaël Llodra livre ses conseils aux joueurs belges

Michaël Llodra livre ses conseils aux joueurs belges - AFP

Tout jeune retraité, Michaël Llodra n’en a pas moins quitté les courts. Le Français a été engagé comme coach consultant du double belge avant la finale de Coupe Davis prévue le week-end prochain à Gent entre les Diables Rouges et la Grande-Bretagne d’Andy Murray. Un événement sous haute tension en raison des menaces terroristes. Invité de Direct Laporte, Llodra témoigne.

Quelles craintes avant la finale ?

« J’ai vu que les Anglais reportaient leur arrivée sur place de 24 heures. C’est vrai que ça peut faire un peu peur. Maintenant, on essaie de faire abstraction de tout ça et d’avancer. Je crois que c’est la meilleure réponse possible. Pour avoir été dans le centre-ville de Bruxelles cette semaine, c’était assez impressionnant, avec des militaires bien présents à chaque coin de rue. C’est impressionnant. Ce n’est pas un climat très facile à gérer mais il faut en faire abstraction et bien s’entraîner pour préparer les Diables rouges. »

Un risque d’annulation ?

« S’il venait à se passer quelque chose cette semaine, on entend parler d’une annulation pure et simple… Les joueurs ne se sentent pas trop menacés car il y a un gros système de sécurité autour d’eux. Mais ça va être une grande fête, avec 13 000 personnes au même endroit, donc forcément la sécurité est au cœur de la situation et n’est pas facile à gérer. Une annulation serait terrible. »

L’enjeu sportif

« La Grande-Bretagne attend un nouveau titre en Coupe Davis depuis 1936 et les Belges n’ont jamais atteint cette finale. Je les trouve d’une fraîcheur incroyable. Ils sont prêts et ils vont tout donner. Ils savent très bien qu’ils ne sont pas favoris mais ils veulent jouer leur carte à fond et j’espère que ça se passera bien. Le double ? Ce ne sera pas évident pour les Belges. Il y a beaucoup d’expérience en face. Les frères Murray restent sur deux belles victoires, notamment contre les Français en quart de finale sur gazon. Là, ce sera sur terre battue et les Belges auront le soutien du public. C’est un double un peu différent qui va se passer. Ça va jouer pas mal du fond de court. On va surtout essayer d’isoler le cas Andy Murray et ne pas se focaliser sur le point du double. Il faut arriver avec beaucoup d’énergie et je suis sûr que ça peut le faire. »

Son expérience de consultant auprès des Belges

« Mon cœur est français et je vais avoir du mal à mettre le survêtement belge mais ça fait partie du jeu. Je suis très content et honoré qu’ils aient fait appel à moi. C’est une super expérience, un super défi. Je donne le meilleur de moi-même à l’entraînement et les gars sont super réceptifs. Ils sont vraiment à l’écoute et c’est un vrai plaisir de travailler avec eux. »

Les hommages du monde sportif aux victimes des attentats

« C’est touchant mais j’aimerais aussi voir ça plus souvent et qu’on n’ait pas besoin d’avoir des actes de terrorisme pour pouvoir se mobiliser ou voir tous les sportifs chanter « la Marseillaise » à tue-tête. C’est regrettable ce qui se passe en France, on a vu des choses horribles, mais il faut redresser la tête et faire ce que tout le monde sait faire : se serrer les coudes et continuer d’aller voir des manifestations sportives. »

la rédaction avec Direct Laporte