RMC Sport

Les Bleus sur un volcan

Gaël Monfils

Gaël Monfils - -

Monfils-Ferrer suivi de Llodra-Verdasco, voilà le programme de la première journée de ce quart de finale de Coupe Davis. Les Bleus de Guy Forget ne sont pas favoris. Mais diablement motivés pour faire tomber le double tenant du titre.

Entre Clermont (lieu de la rencontre), Manacor (sa résidence aux Baléares) ou Johannesburg, Rafael Nadal a tranché : il sera au Soccer Stadium dimanche soir pour la finale de la Coupe du monde face à l’Allemagne. Et tant pis pour le soutien au moins moral qu’il aurait pu apporter à l’autre Roja, celle qui vient défier pendant trois jours l’équipe de France à Clermont-Ferrand. En cette terre de rugby, cette année encore plus que les cent dernières avec le premier titre de champion de l’ASMCA, c’est évidemment un de ses joueurs, le troisième-ligne international Alexandre Lapandry, qui a eu les honneurs du tirage au sort. Comme prévu, Guy Forget a opté en simple pour Gaël Monfils et Michaël Llodra. Le premier nommé ouvrira le bal à 13 heures vendredi face à David Ferrer. Llodra enchaînera face à Fernando Verdasco. « C’est tout sauf un branque, résume le gaucher dans son langage fleuri. Il faudra le prendre par les cornes et l’enterrer. »

Face au tenant du titre, qui plus est au pays du Bibendum, il s’agira ne pas se dégonfler. Mais la réalité des chiffres est cruelle au moment des pronostics. Les deux Espagnols encadrent au classement ATP l’un des grands absents du week-end, Jo-Wilfried Tsonga (11e). Présenté abruptement, le duel est sur le papier à l’avantage des joueurs de Carlos Costa. Avec sa 17e place, Gaël Monfils peut à peine faire valoir son succès sur Verdasco lors de leur seule opposition. C’était il y a deux ans et sur la terre battue de Roland-Garros. L’Espagnol a depuis franchi bien des étapes quand le Parisien fonctionne encore par à-coups. S’il pouvait en réaliser un dès le premier simple pour doubler les chances tricolores… « Je suis prêt à livrer une grosse bataille, lâche le Guadeloupéen. Je ne regarde pas le classement. Place au jeu ! »

Nadal et Tsonga, grands absents déjà oubliés

Sans nul doute, Guy Forget en veut un peu à Alexandre Lapandry qui n’a pas eu la main heureuse à l’heure de désigner l’ordre des rencontres. Le capitaine des Bleus aurait préféré voir Llodra (35e) débuter pour avoir le temps de se reposer avant le double du lendemain. Ce paramètre devra être éludé face à David Ferrer. La surface de la Grande Halle d’Auvergne, rapide, au rebond bas, avantage a priori le gaucher parisien et son service fuyant, ses volées tranchantes. Il serait de bon ton pour le Français de garder des forces pour le double du lendemain, si souvent décisif, où il sera associé à Julien Benneteau. Mais on n’imagine pas non plus Llodra en garder sous la semelle, lui qui a si rarement eu sa chance en simple. « Je suis en bonne forme, la surface me correspond bien, assure le Parisien. J’ai hâte d’être sur le terrain. C’est une fierté de porter ce maillot. Maintenant, il faut bien le porter… »

Face à la froideur des chiffres et du classement ATP, on se dit quand même que le soutien populaire du public clermontois aura un rôle prépondérant. Les Auvergnats, dans ce domaine, ne seront pas avares. L’équipe de France n’a plus sa place dans le dernier carré de l’épreuve depuis 2004. A l’époque, l’Espagne avait privé les Bleus de la finale. Celle de Nadal, déjà, l’autre grand absent avec Tsonga (et Gasquet, à un moindre niveau) de ce week-end clermontois. On en saura dès vendredi soir beaucoup plus sur les réelles chances tricolores de pouvoir regarder à l’horizon (Russie ou Argentine) plutôt, qu’une nouvelle fois, le bout de leurs chaussures.

Silvère Beau avec E.S. à Clermont-Ferrand