RMC Sport

Les duels possibles de dimanche au crible

Gilles Simon pourrait affronter Tipsarevic ou Troicki s'il est retenu par Forget

Gilles Simon pourrait affronter Tipsarevic ou Troicki s'il est retenu par Forget - -

Comme prévu, la troisième et dernière journée de la finale de la Coupe Davis entre la Serbie et la France sera décisive. Tableau de bord des matchs théoriques.

PREMIER MATCH

Monfils-Djokovic : 0-5
La balance penche plus que largement en faveur du n°1 serbe. Le dernier face-à-face est encore dans toutes les mémoires, puisqu’il remonte à la finale du Masters 1000 de Paris-Bercy l’an passé : Djokovic avait battu le Français à l’issue du jeu décisif de la 3e manche. Une raison d’espérer ? La plupart des matchs entre les deux joueurs ont été serrés. Soit Monfils a pris au moins un set, soit il a poussé son adversaire au tie-break. Mais ce dimanche, cela ne suffira pas.

SECOND MATCH – DECISIF SI LES DEUX EQUIPES SONT A 2-2

Simon-Tipsarevic : 1-0
Difficile de tirer des enseignements sur un seul match, à Rotterdam en 2008 sur une surface relativement proche de celle de Belgrade. Le Français s’était imposé en deux manches très tendues (7/6, 7/6). La fraîcheur physique et mentale du jour, si les deux capitaines décident de reconduire les deux battus du vendredi, sera prépondérante.

Simon-Troicki : 4-0
Le style du n°3 serbe convient manifestement au Français. En quatre confrontations, Gilles Simon n’a jamais perdu le moindre set face à son adversaire, que ce soit en salle ou sur terre battue…

Llodra-Tipsarevic : 0-1
Seul repère entre les deux joueurs sur le circuit principal, un premier tour sur terre battue à Casablanca en 2007. Autrement dit, peu de conclusions à tirer de la défaite du Français (6/2, 7/6), spécialiste des surfaces rapides et adepte d’un service-volée nettement plus efficace en salle face à un « contreur » comme le Serbe.

Llodra-Troicki : 0-0
Les deux joueurs ne se sont jamais croisés. Le Serbe termine l’année à la 30e place, derrière le Français (23e). Opposition équilibrée en perspective, même si c’est en théorie la plus improbable des quatre en cas de match décisif.

J.-F. P.