RMC Sport

Faugère : « Bartoli veut tout imposer aux autres »

-

- - -

Alors que la Française, comme elle le révélait mardi à RMC Sport, n’a toujours pas abandonné l’idée de disputer les Jeux de Londres, le responsable du dossier JO à la Fédération française de tennis répond sans ménagement à la n°9 mondiale.

Lionel Faugère, que répondez-vous à Marion Bartoli ?

Aujourd’hui, je ne vois pas comment elle peut jouer les Jeux. Je ne comprends pas son raisonnement. Elle aurait dû s’informer en temps et en heure de la réglementation. Elle la connaissait puisque c’est sur la même base qu’elle n’a pas participé aux Jeux de Pékin (Bartoli souhaite la présence de son père-entraîneur en équipe de France, ce que les règlements de la FFT interdisent, ndlr). Je pense qu’elle veut plier la Fédération à ses désirs et à ses souhaits.

L’équipe de France ne veut-elle pas la meilleure équipe française possible à Londres ?

Ce n’est pas de gaité de cœur que le capitaine (Nicolas Escudé, ndlr) se prive de Marion. Ce n’est pas pour rien que les capitaines successifs se sont tour à tour rapprochés de Marion pour savoir si elle voulait jouer. Elle n’est pas intéressée pour jouer la Fed Cup. C’est son choix. Nadal ne veut pas disputer la Coupe Davis l’année prochaine. Ça ne l’empêchera pas de jouer les Jeux puisqu’il a déjà participé à la Coupe Davis. Ce n’est quand même pas contraignant de jouer deux rencontres en quatre ans.

Que penser de sa réaction ?

Marion ne veut pas, mais c’est son caractère. Elle ne veut lâcher en rien et tout imposer aux autres. Le problème, c’est qu’il y a un règlement. Personne n’a rien contre elle, mais on lui pose des règles et elle ne veut pas rentrer dedans. C’est un peu : « Comme je veux et pas comme vous voulez ». Mais dès lors que le capitaine refuse et qu’il a le bureau fédéral derrière lui, je ne vois pas comment elle peut aller contre. Il appartient à Marion de choisir ce qu’elle a envie de faire, mais il y a des règles.

Le titre de l'encadré ici

Que dit la règle ?|||

Pour pouvoir disputer les Jeux Olympiques, il faut s’être rendu disponible deux fois durant les quatre années que constitue l’Olympiade, dont au moins une fois en 2011 et 2012. Se rendre disponible signifie qu’on doit avoir participé à une épreuve de Coupe Davis ou de Fed Cup. La dernière sélection de Bartoli remonte à 2004. Même si elle acceptait pour 2012, elle ne pourrait être éligible qu’une année, ce qui est insuffisant pour le règlement de l’ITF. A moins d’être repêchée par une action juridique ou par la Fédération internationale de tennis, la porte semble irrémédiablement fermée.     

Recueilli par R.P.