RMC Sport

Fed Cup : Bartoli, une bleue chez les Bleues

Marion Bartoli et Amélie Mauresmo

Marion Bartoli et Amélie Mauresmo - -

Première grande victoire pour Amélie Mauresmo. La capitaine de l’équipe de France de Fed Cup a convoqué Marion Bartoli pour affronter l'Allemagne, les 9 et 10 février sur la terre battue de Limoges. La Française retrouve les Bleues après neuf ans d'absence.

Depuis une longue semaine, c’était un secret de Polichinelle. Amélie Mauresmo a mis fin aux spéculations, ce mercredi en conférence de presse. Après neuf années d’absence, Marion Bartoli va faire son grand retour en équipe de France, à l’occasion du match de Fed Cup (Groupe mondial II) face à l'Allemagne début février sur la terre battue de Limoges. La nouvelle capitaine des Bleues referme le long feuilleton et redonne une nouvelle perspective à son groupe. « C’est une superbe nouvelle pour tout le monde, se réjouit Mauresmo. Il n’y a eu aucune concession de mon côté. Marion est venue vers moi après l'Open d'Australie et sa défaite au 3e tour, avec l'envie de faire un pas vers cette équipe de France, en me disant qu'elle était prête à s'intégrer dans le fonctionnement. Aujourd'hui, le pas est fait. »

Depuis sa nomination à la tête des Bleues en juillet dernier, Amélie Mauresmo avait redonné espoir concernant un possible retour de la numéro 1 tricolore, avec laquelle elle partage des relations amicales. Aujourd’hui, il s’agit de sa première grande victoire : réussir là où ses prédécesseurs ont échoué. La finaliste de Wimbledon (2007) n’a joué que deux matches en Fed Cup, son dernier remontant au doublé perdu lors de la finale face à la Russie en 2004. Depuis, la meilleure joueuse française était en conflit permanent avec la Fédération quant à la place que devait avoir son père et entraîneur, Walter, dans le staff de l’équipe de France.

Mauresmo : « Le papa de Marion ne sera pas là »

« Je confirme que le papa de Marion ne sera pas là avec nous pendant la semaine de préparation, a indiqué la capitaine des Bleues. Les proches, la famille, les entraîneurs peuvent arriver à partir du jeudi soir pour les soutenir, ça n'a jamais été un problème. » Membre de la Dream Team de RMC Sport, Patrice Dominguez est satisfait que les deux parties aient enfin trouvé un terrain d’entente. « Au fur et à mesure que sa carrière avance, elle a envie de changer d’état d’esprit et d’attitude vis-à-vis du public français, assure-t-il. C’est une très bonne chose. C’est dans l’intérêt de l’équipe de France mais aussi de Marion Bartoli. Elle se rend compte qu’elle a besoin de cette communion avec le tennis français. » Si Marion Bartoli semble avoir trouvé définitivement un terrain d’entente avec le clan tricolore, elle devra désormais convaincre ses nouvelles coéquipières, qui n’avaient pas été tendres avec leur collègue.

« Il va falloir qu’elle retrouve sa place par rapport à cette équipe qui a ramé sans elle depuis plusieurs années, explique Sarah Pitkowski, consultante pour RMC Sport. Mais quand on a une Française qui est dans le Top 10, il faut ouvrir les portes. C’est une question de vie ou de mort pour cette équipe. Face à l’Allemagne, ça va leur donner une petite chance de s’imposer. Sans elle, ça aurait été très compliqué. » Les Françaises ont certainement revu leur position. Associée à Alizé Cornet, Virginie Razzano, Kristina Mladenovic et Pauline Parmentier (remplaçante), Marion Bartoli redonne des chances au clan tricolore d’être compétitif à court terme et de rivaliser avec l’accrocheuse équipe d’Allemagne. Suffisant pour motiver les troupes.