RMC Sport

Fed Cup : Les Bleues se crêpent (encore) le chignon

Marion Bartoli

Marion Bartoli - -

Même aux antipodes et en plein Open d’Australie, le comportement individualiste de Marion Bartoli, toujours en marge de l’équipe de France, irrite au plus haut point les joueuses d’Amélie Mauresmo, en grand danger en Fed Cup. Ambiance.

Si Marion Bartoli espère un jour effectuer son retour en équipe de France, elle peut préparer la cote de mailles. La numéro un française, vainqueur ce lundi de l’Espagnole Anabel Medina Garrigues (6-2, 6-4) au 1er tour de l’Open d’Australie, n’est pas franchement la bienvenue au sein de l’équipe d’Amélie Mauresmo. Et tant pis si les Bleues, en grande difficulté en Fed Cup avant d’affronter l’Allemagne au 1er tour (9-10 février à Limoges), risquent de disputer un terrible barrage pour ne pas descendre en 3e division. « J’espère qu’on va lui rabattre son caquet en battant l’Allemagne, comme ça, on n’aura pas besoin d’elle, balance Alizée Cornet. Marion se fait beaucoup désirer. »

Bref rappel des faits. Malgré son statut de numéro un française (11e du classement WTA), Marion Bartoli refuse depuis de nombreuses années de jouer en équipe de France car elle exige au moins une séance d’entrainement par jour avec son père, qui est aussi son entraineur. Réaction de Pauline Parmentier : « Il faut savoir qu’à Limoges (lieu de la rencontre, ndlr), il n’y aura qu’un court. Si elle souhaite quatre heures d’entraînement avec son père, on fait comment, nous ? On fait du tricot ? » Ce qui agace la Nordiste, c’est que Marion Bartoli souffle toujours le chaud et le froid au sujet d’un éventuel retour : « Pour le premier tour, je ne serai pas dans l’équipe car le système de fonctionnement ne me permet pas de jouer, affirme l’intéressée. Après, on continuera à discuter et peut-être qu’il y aura une évolution. Mais peut-être seulement. »

Parmentier : « Si elle a envie de venir, qu’elle nous le prouve »

Malgré des propos ambigus sur un éventuel retour de Bartoli en cas d’échec contre l’Allemagne, Amélie Mauresmo, la nouvelle capitaine des Bleues, reste inflexible sur ce serpent de mer : « Le mode de fonctionnement est arrêté pour toutes les rencontres, rappelle l’ancienne numéro un mondiale. Les points d’achoppement resteront les mêmes si elle reste sur ses positions. Son mode de fonctionnement n’est pas compatible avec celui de l’équipe de France. »

En attendant, le comportement de la joueuse du Puy-en-Velay, irrite au plus haut point ses compatriotes. « Est-ce que quelqu’un connaît exactement ses exigences, s’interroge Pauline Parmentier. Si elle a envie de venir, qu’elle nous le prouve ! Il y a des efforts à faire des deux côtés, comme cela a été le cas avec Aravane Rezaï. Ce qui me gêne, c’est qu’elle ne semble pas vouloir faire les premiers tours et qu’elle arriverait comme une reine pour le barrage. »
Après sa victoire au 1er tour de l’Open d’Australie, cette nuit, Marion Bartoli n’a pas échappé à une question sur ces querelles. Réponse de l’intéressée : « Je sais que vous (les journalistes) voulez nous mettre les unes contre les autres mais l’ambiance est fantastique. » No comment.

Aurélien Brossier avec ES