RMC Sport

Benneteau sauve les meubles

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Dernier rescapé français, Julien Benneteau s’est qualifié pour les quarts de finale du Masters 1000 d’Indian Wells en disposant de Feliciano Lopez (6-3 7-6). Le Bressan sera opposé vendredi au numéro deux mondial, Novak Djokovic.

Une nouvelle victoire pour vous à Indian Wells. Ce doit être une grande satisfaction…

Je suis très heureux de me retrouver en quarts de finale ici. Je suis satisfait du résultat mais aussi de la manière dont je joue au fil des matchs. C’est encourageant. Cela n’arrive pas souvent de gagner quatre matches dans un même tournoi. En plus, cela se passe dans un Masters 1000 donc c’est important.

Depuis le début du tournoi, vous semblez jouer sur de solides bases…
J’arrive à avoir une solidité mentale et une certaine forme de justesse. Ici, ce sont des conditions spéciales. Beaucoup de joueurs se plaignent du fait que les balles volent, qu’elles ne sont pas faciles à contrôler, que les terrains rebondissent énormément et prennent certains effets… Il faut avoir de l’humilité dans le jeu et avoir un schéma de jeu clair en fonction de l’adversaire et de ses forces. Hier (contre Dominic Thiem), c’était du fond du court que je pouvais essayer de l’embêter en donnant certaines trajectoires à la balle pour pouvoir venir au filet et l’empêcher de développer son jeu. Aujourd’hui (contre Feliciano Lopez), ce n’était pas cela qui fallait faire, c’est un autre style de jeu et j’ai bien réussi à varier.

Votre début de saison a été difficile. Comment expliquez-vous ce regain de forme ?

Il n’y a pas de recette miracle. Même si les résultats ne venaient pas, il y a un fonds de jeu qui était là. Mentalement, j’étais très fébrile sur certains matches comme à Marseille et Rotterdam. Je me sers de cela pour ne pas refaire ces erreurs-là. Ce que je me disais, c’était de continuer à faire le boulot pour que j’ai toutes les billes sur le terrain. On peut faire tous les entrainements du monde, la vérité c’est le jour du match. Après, si le jour du match ça ne passe pas car tu as fait le con avant, c’est dommage. Il faut être plus concentré et trouver du relâchement à l’extérieur pour être bien en match.

La rédaction