RMC Sport

Double prime pour Djoko

Novak Djokovic

Novak Djokovic - -

Malgré une douleur à l’épaule, le n°1 mondial a réussi son entrée en lice au Masters 1000 de Paris-Bercy ce mercredi. A la clé : un joli chèque de 1,6 million de dollars et une prestation convaincante face au Croate Ivan Dodig.

Il n’aura pas fait le voyage pour rien. En s’alignant au Masters 1000 de Paris Bercy, Novak Djokovic a empoché un super bonus de 1,6 million de dollars (environ 1,2 M €). Un pactole qui récompense son statut de n°1 mondial et sa suprématie dans les tournois estampillés Masters cette saison. Longtemps incertain en raison d’une douleur à l’épaule, le vainqueur sortant de l’US Open s’est finalement présenté sur le court parisien ce mercredi. Pour la compétition et non pour l’appât du gain, assure-t-il.

« J’ai entendu dire que je n’allais entrer sur le court que pour empocher de l’argent, s’est agacé le Serbe face aux journalistes. C’est ridicule ! Le tennis, c’est mon métier. Si je suis ici, c’est parce que je suis suffisamment en forme pour l’exercer. Sinon, je ne serais pas venu. J’aime ce tournoi et j’ai besoin de jouer quelques matches avant le Masters (de Londres, ndlr). C’est aussi simple que ça. » Aussi simple que sa victoire face au Croate Ivan Dodig. Pour sa rentrée au POPB, « Djoko » a facilement disposé du 39e mondial, pourtant en pleine forme (6-4, 6-3).

« Une bonne rentrée »

« Je suis très heureux d'avoir gagné aujourd'hui, a déclaré le natif de Belgrade. Je me suis senti à l'aise sur le court. J’ai réussi à bien servir et c’est dans l’ensemble une bonne rentrée. » Malgré quelques superbes séquences, comme ce passing dos au filet au début du deuxième set, Djokovic n’est pas encore à 100% de ses moyens. « C’est évident que je ne suis pas au top, reconnait l’homme aux quatre Grand Chelem. J’avance étape par étape. J’ai travaillé très ces dernières semaines et les choses vont dans la bonne direction. J'ai envie de bien faire ici et à Londres. Je veux finir fort la saison. En ce moment, je paye un peu les effets d'une saison très longue. Mais c'était un peu prévisible. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive. Je sais comment gérer cette situation. » A lui de le prouver en huitièmes de finale face à son compatriote Viktor Troicki.