RMC Sport

Federer par la petite porte

Roger Federer

Roger Federer - -

Gêné par le vent et le rythme de Jurgen Melzer, le Suisse s’est logiquement incliné en quarts de finale du tournoi de Monte-Carlo (6-4, 6-4). « Ce n’est pas une grande déception », assure-t-il.

Ce ne sera pas encore pour cette année. Dominé en deux sets par Jürgen Melzer (6-4, 6-4), Roger Federer ne remportera pas le Masters 1000 de Monte-Carlo, qui semble promis à Rafael Nadal depuis six ans. « J’ai quand même fait trois finales ici, rappelle le Suisse, finaliste en 2006, 2007 et 2008. Cela prouve que je peux bien jouer dans ce tournoi. »

Ce n’est pourtant pas vraiment ce qu’il a fait ce vendredi. Pour preuve, ces sept balles de break obtenues en cours de match… qu’il n’a pas réussi à convertir ! « J’ai eu des occasions de revenir, mais ça n’est pas passé, admet-il. Melzer a fait un bon match. J’aurais pu faire beaucoup mieux au début. Quand j’ai été breaké, c’est devenu difficile. »

« J’espérais juste passer quelques tours… »

Moins mobile, Federer a subi le jeu agressif et le rythme imposé par son adversaire. Ainsi que le vent. « Ça n'aide pas lorsqu'on court derrière le score, c’est certain, insiste-t-il. Le vent est arrivé au moment où je cherchais à trouver mon rythme, à créer quelque chose. » L’ancien numéro un mondial n’y est jamais parvenu. Il quitte la terre monégasque après moins de deux heures de jeu…

« Je ne pars pas d’ici avec une grande déception, confie-t-il. J’espérais passer quelques tours et c’est ce que j’ai fait. Aujourd’hui, j’ai perdu et je ne pense pas avoir fait un match affreux. C'était ma première semaine de l'année sur terre battue. Je ne m'attendais pas à être tout de suite à mon meilleur niveau. Ça aurait été une surprise agréable plus qu'autre chose. » Une belle façon, aussi, d’adresser un message fort à ses rivaux.

Le titre de l'encadré ici

|||

Le programme des demi-finales

Jürgen Melzer – David Ferrer
Andy Murray – Rafael Nadal

A.D