RMC Sport

Simon : « Ne pas jouer les timides »

Le Français Gilles Simon savoure sa présence lors du Masters de Shanghai

Le Français Gilles Simon savoure sa présence lors du Masters de Shanghai - -

Gilles Simon, qui remplacera Rafael Nadal, blessé, lors du Masters de Shanghai, est déterminé à briller face aux ténors du circuit ATP. Ce dernier se réjouit également d’avoir à ses côtés un certain… Jo-Wilfried Tsonga, son « pote ».

Gilles Simon, vous voilà qualifié au Masters de Shanghai en tant que joueur et non plus, comme prévu, comme simple remplaçant. Là-bas, vous allez retrouver une vieille connaissance, un ami en la personne de Jo-Wilfried Tsonga…
On a une relation particulière dans le sens où l’on se voit quasiment jamais en dehors des courts et pourtant, on ne s’est jamais perdu de vue. On se connaît très très bien.

Tsonga vous avait « piqué », il y a quelques jours de cela, votre place pour le Masters en gagnant à Bercy. Ses récentes performances vous ont-elles étonné ?
Pour ma part, je ne suis pas du tout surpris par ce qu’il fait sur un terrain de tennis. Je l’en sentais capable depuis un moment. Forcément, je suis super content de partager ça avec lui… plutôt qu’avec un autre. Maintenant il faut profiter du fait qu’on soit deux, qu’on soit pote et qu’on s’entende bien pour essayer de se pousser afin d’aller le plus loin possible. Si on arrive à se qualifier tous les deux pour les demi-finales, ça, ça envoie !!!

Tout de même, le fait de ne pas avoir été initialement pour le Masters a dû vous marquer…
Je n’avais plus mon destin entre les mains. Pour jouer, il a fallu qu’un Rafael Nadal ait tellement mal au genou qu’il ne puisse pas défendre ses chances là-bas et ce n’est jamais ce que l’on souhaite à des joueurs comme lui. Mais au fond de moi, je ne pense pas avoir volé ma place. Quand on voit à quel point c’était serré jusqu’au bout, je pense que je méritais autant qu’un autre d’y aller. Maintenant, j’y vais quand même en étant dans les moins bons. Mais bon, ce sera un tournoi difficile. Il sera cependant riche en expérience et il faudra se prouver à soi-même qu’on peut y arriver.

Quel sentiment vous anime à l’heure de jouer l’un des tournois les plus prestigieux de l’année ?
Le premier sentiment que j’ai, c’est celui d’être honoré d’aller jouer un tournoi comme ça, avec tous les meilleurs, avec Rafa (Rafael Nadal, ndlr) en moins. Ensuite, on se dit que ouais, on tutoie les maîtres. Je n’en suis pas un mais je vais jouer avec eux. Dans ce tournoi-là, il ne va pas falloir jouer les timides et se contenter d’y être. A partir du moment où je suis dans un tournoi, c’est pour essayer de le gagner. Je vais y aller, me préparer comme pour un autre tournoi et tout donner

Georges Quirino