RMC Sport

Azarenka retourne en finale

Victoria Azarenka

Victoria Azarenka - -

Victoria Azarenka défendra son titre à l'Open d'Australie après son succès face à la surprenante Américaine, Sloane Stephens (6-1, 6-4), ce jeudi. Elle affrontera la Chinois Li Na, tombeuse de Maria Sharapova (6-2, 6-2).

On lui promettait la perte de son trône. Mais Victoria Azarenka s’est donnée le droit de rester la reine du tennis féminin en se qualifiant ce jeudi pour la finale d’Australie en s’imposant (6-1, 6-4) face à la prometteuse et surprenante Américaine, Sloane Stephens, tombeuse de Serena Williams en quarts de finale. La Biélorusse défendra donc son titre glané l’an passé à Melbourne. Si elle signait un doublé, elle conserverait aussi sa place de n°1 tant convoitée. Le cas contraire offrirait le plus haut siège de la hiérarchie à Serena Williams. Pour en arriver là, la Bélarusse a parfaitement géré sa partie pendant un set et demi avant de perdre pied au moment de conclure.

Alors qu’elle menait 6-1, 5-4 sur son service, elle a ainsi gâché cinq balles de match… avant de faire appel à l’assistance médicale dans la foulée. « J’ai un peu paniqué », a-t-elle reconnu à la fin du match devant le public de la Rod Laver Arena. Mais le doute ne s’est pas installé longtemps puisqu’elle a conclu le match sur le service suivant en breakant une dernière fois l’Américaine. Pour conforter sa place de numéro 1 mondiale, elle devra désormais se débarrasser de la Chinoise Li Na, victorieuse autoritaire de Maria Sharapova (6-2, 6-2) en deux sets. Une énorme performance pour la lauréate de Roland-Garros en 2011 d’autant que la Russe n’avait perdu que neuf jeux depuis son entrée en lice à Melbourne.

Deux ans après sa finale perdue ici-même face à Kim Clijsters (3-6, 6-3, 6-3), la sixième joueuse mondiale a l’occasion d’ajouter un deuxième Grand Chelem à son palmarès. « En 2011 j'étais un peu sous le choc car c'était ma première finale du Grand Chelem, se souvient-elle. Je ne savais pas trop quoi faire. Là j'ai plus d'expérience, ça devrait aller mieux. Il y avait plus de pression il y a deux ans. Lorsque j'ai perdu ici ça a décuplé ma faim de titres. » Face à elle samedi, Azarenka sera aussi affamée.

Nicolas Couet