RMC Sport

Gasquet comme un sou neuf

-

- - -

Expéditif contre Tipsarevic (6-3, 6-3, 6-1) au troisième tour de l’Open d’Australie, Richard Gasquet défiera l’Espagnol David Ferrer, 5e joueur mondial, en huitièmes. A 25 ans, l’éternel espoir du tennis français tient-il enfin la clef de son retour au plus haut niveau ?

Quatre ans qu’il n’avait pas été à pareille fête à Melbourne. Richard Gasquet sera, pour la 3e fois de sa carrière seulement (après 2007 et 2008), au rendez-vous de la deuxième semaine de l’Open d’Australie. Face à lui samedi, Janko Tipsarevic, pourtant tête de série n°9 du tournoi, n’a pas pesé lourd, balayé en trois courtes manches. « C’était le match parfait pour moi, savourait le Biterrois. J’ai senti que tout se passait bien. » Pour envoyer le Serbe dans les cordes, Gasquet a usé de son arme favorite : « Mon revers lui a posé de gros problèmes », a-t-il concédé. Poussif au premier tour face à Seppi, puis bénéficiaire de l’abandon de Golubev ensuite, le Français s’est montré digne de ses ambitions de début de saison, lui qui ne cache pas son envie de réintégrer le Top 10 après avoir été le 7e joueur mondial en 2007.

Dominguez : « L’un de ses plus beaux matches en Grand Chelem »

Longtemps cassé psychologiquement par l’ « affaire » de son contrôle positif à la cocaïne en 2009 après une fête à Miami (il a été ensuite blanchi), Gasquet, après une année 2010 traversée comme une ombre, a relevé la tête la saison dernière en accrochant deux huitièmes de finale à Roland-Garros puis Wimbledon. Le brio déployé face à Tipsarevic ce samedi est porteur d’espoir sur la capacité du joueur, actuel 18e au classement ATP, à retrouver durablement sa place au plus haut niveau : « Il a fait l’un de ses plus beaux matches en Grand Chelem depuis le début de sa carrière, s’est ainsi enthousiasmé Patrice Dominguez, membre de la Dream Team RMC Sport. Gasquet a mis la manière. Il l’a complètement étouffé. C’était quasi-parfait. »

Le Biterrois, passé maître dans l’art de souffler le chaud et froid, devra confirmer au prochain tour contre David Ferrer, l’homme qui pointe derrière le Big Four (Djokovic, Nadal, Federer, Murray). Le Français n’a battu qu’une seule fois l’Espagnol en six confrontations. Pire, le cap des huitièmes en Grand Chelem semble relever de l’écueil quasi infranchissable pour Gasquet. Présent dix fois en deuxième semaine, il n’a vu les quarts… qu’à une seule reprise (Wimbledon 2007). Le scalp de Ferrer pourrait ouvrir en grand les portes de cette « deuxième carrière » tant attendue.