RMC Sport

Gasquet : « De la souffrance du début à la fin »

Richard Gasquet

Richard Gasquet - -

Vainqueur face à Nikolay Davydenko ce mercredi au deuxième tour de l’Open d’Australie (7-6, 6-4, 6-4 en 2h20), Richard Gasquet résiste aux températures caniculaires. Mais doit puiser dans ses ressources.

Richard, après un test concluant contre David Guez, vous venez de battre en trois sets le Russe Nikolay Davydenko. Que pensez-vous de votre performance ?

Je suis très content de cette victoire, même si j’ai mal commencé ce match… J’ai pas mal souffert à cause des fortes températures. C’était très difficile, surtout que je fais très peu de points gagnants. Je dois beaucoup courir et physiquement, ça fait mal. Je dois perdre le premier set 2-6, mais j’ai de la chance de finalement l’emporter. Ça fait du bien pour le moral de mener un peu. Mais ça a été dur de finir le match. A 5-4, je commençais à fatiguer… Je suis vraiment content d’avoir pu gagner en trois sets et d'aller au prochain tour.

Depuis quelques jours, le mercure s'affole (43°C). Certains joueurs comme Andy Murray estiment que la chaleur devient dangereuse... Comment avez-vous vécu ce match sous ces fortes températures ?

C’était très, très dur ! Ça n’a rien avoir avec un match dans des conditions normales. C’est de la souffrance du début à la fin. Ce sont des matchs qui font très mal et il vaut mieux les gagner en trois sets parce qu’après, ça peut devenir très dur. J’ai beaucoup défendu. Et avec des températures comme celles relevées aujourd’hui, les courses comptent doubles voire triples, c’est très dur. A titre d’exemple, quand j’ai joué l’US Open, j’ai fait cinq sets contre Ferrer et sincèrement, c’était moins dur qu’aujourd’hui. La chaleur est très pesante, il faut penser à mettre de la glace à chaque changement de côté. Mais c’est la même chose pour les deux joueurs. Il faut être fort mentalement et physiquement.

Avec votre lésion intercostale, vous assuriez, cinq jours avant le début du tournoi, ne pas être prêt pour un match en cinq sets. Avez-vous souffert des côtes aujourd'hui ?

Non, pas du tout. Ce qui est difficile, c’est que je manque un peu de rythme et de condition physique car j’ai fait très peu de match en début de saison. J’arrive sur le tournoi sans de réels entrainements. Ce n’est pas évident. 

>>> Tsonga : « L’impression de marcher sur des cendres »

>>> Open d'Australie - Chardy balayé par Murray

>>> Open d’Australie : les Bleus en force

Propos recueillis par Eric Salliot à Melbourne