RMC Sport

Gasquet : « Le match parfait »

Richard Gasquet

Richard Gasquet - -

Vainqueur de Janko Tipsarevic (6-3, 6-3, 6-1) en 1h37 au 3e tour de l'Open d'Australie, Richard Gasquet jouera pour la première fois depuis quatre ans un huitième de finale à Melbourne. Du beau travail.

Richard, vous étiez en totale maitrise aujourd’hui.
C’est vrai que je me suis régalé. Il y avait beaucoup de monde sur ce beau court. J’ai senti que tout se passait bien. Le début de match était important et difficile. Il jouait bien, mais petit à petit j’ai pris le contrôle du match. J’ai concrétisé mes balles de break quand il le fallait et j’ai vu qu’il perdait confiance en lui. Mes revers liftés étaient très efficaces et ça lui a posé des problèmes. J’ai donc essayé de ne pas le lâcher pour rester le plus devant possible. C’était le match parfait pour moi.

Quand vous meniez 2 sets 0 sur ce Margaret Court Arena, vos fantômes ont-ils ressurgis ?

C’est vrai qu’un match de grand chelem, c’est long. Et à 2-0, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Même si je perds sur ce court contre Youzhny et Gonzalez (1er tour en 2010 et 3e tour en 2009, défaite 3 sets à 2 après avoir mené 2 sets à 0, ndlr), ces défaites restent des grands matches de tennis.

Ça faisait longtemps que vous ne vous étiez pas senti aussi bien ?

L’année dernière, je me sentais bien aussi sauf que ça n’a pas fonctionné. Les matches se jouent à peu de choses, à des détails. Un début de match où c’est toi qui fait le break, et la rencontre tourne de ton côté. Aujourd’hui, j’étais en contrôle et je servais bien. Ça me fait du bien d’être en huitièmes, car ça faisait 4 ans que je n’y avais pas été.

C'est Beaucoup de satisfaction d'être en deuxième semaine et d'avoir battu un top 10 ?

Oui c’est sûr. La saison passée, j’ai fait deux deuxièmes semaines, à Wimbledon et à Roland-Garros. Mais je n’ai pas assuré après. Je n’ai pas réussi à sortir le grand jeu contre Djokovic (à Roland Garros, ndlr) et contre Murray (à Wimbledon, ndlr) et j’ai perdu ces matches 3-0. Cette année, je ne suis pas fatigué et je joue Ferrer. Je vais essayer de faire mieux.

Est-vrai que vous préférez jouer Federer que Ferrer ?

On ne va pas dire ça car je vais passer pour une malade mental ! Mais ce n’est pas le même jeu. Avec Federer, il se passe quelque chose sur le court. Avec Ferrer, c’est droite, gauche, il ne fait aucune faute directes, et il impose une gros rythme au match. J’ai souvent fait des matches minables contre Ferrer. Mais je suis capable de l’embêter si je ne fais pas de longs échanges, car c’est son terrain de jeu.

Propos recueillis par Eric Salliot à Melbourne