RMC Sport

Open d’Australie: Osaka triomphe encore à Melbourne, son 4e titre du Grand Chelem

Naomi Osaka (23 ans) a dominé l'Américaine Jennifer Brady en finale de l’Open d’Australie (6-4, 6-3), décrochant ainsi son quatrième titre majeur. La Japonaise se rapproche du trône de n°1 mondiale.

Personne ne résiste à Naomi Osaka. La Japonaise de 23 ans a conservé son invincibilité à l’issue de l'édition 2021 de l'Open d’Australie en dominant l’Américaine Jennifer Brady samedi, en finale de la première levée du Grand Chelem de la saison. Loin du match de très haut niveau qui avait opposé les deux joueuses en demi-finale de l’US Open l’an passé, cette rencontre a cette fois accouché d’un niveau de jeu très inégal, notamment dans la première manche. Après un début de match à l’avantage de la Japonaise, Jennifer Brady a profité de quelques imprécisions de son adversaire pour débreaker au terme du premier gros point de ce match.

Brady a commis trop de fautes en coup droit

Remise en selle par le passage à vide de Naomi Osaka, Brady a obtenu une balle de break à 4-4 pour s'échapper, sans toutefois parvenir à la convertir (2/4 sur l'ensemble du match). Elle a aussi davantage subi dans la diagonale revers, et n’a que très rarement été aidée par un service en berne (45% de premières balles dans le 1er set, 48% sur le match). Bien plus consistante que son adversaire, Osaka a déroulé après le gain de la première manche, s’envolant après avoir subtilisé la mise en jeu de son adversaire d’entrée, dans le deuxième set. Face à une joueuse loin son meilleur niveau, Jennifer Brady a commis trop de fautes en coup droit (31 fautes directes au total, contre 24 pour la Japonaise). Et si elle a obligé Osaka à servir pour le gain du match, l'expérience a finalement servi la plus jeune des deux.

Osaka se rapproche du trône qu'elle a déjà occupé

Sortie victorieuse des trois premières finales majeures qu'elle a disputées, à l'US Open 2018 et 2020, et à l'Open d'Australie 2019, Naomi Osaka décroche son quatrième titre du Grand Chelem en autant de tentatives. Un fait rarissime. Des sept trophées qui garnissent son palmarès depuis sa révélation en 2018, plus de la moitié sont des tournois majeurs. Osaka s’affirme de plus en plus comme la nouvelle patronne que se cherche le circuit féminin. Sa demi-finale face à Serena Williams (39 ans), qu’elle avait déjà battu en finale de l’US Open en 2018, pour son premier titre du Grand Chelem, peut d’ailleurs se lire comme une passation de pouvoir. Osaka se rapproche à une marche du trône qu'elle a déjà occupé pendant 25 semaines en 2019.

https://twitter.com/qmigliarini Quentin Migliarini Journaliste RMC Sport