RMC Sport

Forget : « Etre dans le Top 10, ça ne suffit pas »

Guy Forget

Guy Forget - -

Entre le sixième Roland-Garros remporté par Rafael Nadal et le quart de finale à venir de Coupe Davis contre l’Allemagne, le capitaine de l’équipe de France, invité lundi soir de Direct Laporte, juge le niveau des meilleurs Français. Insuffisant selon lui dans la quête d’un des tournois du Grand Chelem.

Guy Forget, Rafael Nadal a remporté dimanche son sixième Roland-Garros. Impressionné ?

Nadal, c’est la force brute, un mental à toute épreuve. Qu’il ait des ampoules aux pieds, aux mains, qu’il soit à cinq mètres de la ligne de fond de court, il arrivera toujours à vous sortir un passing incroyable. C’est l’une des raisons qui font que Nadal est hors-norme. Il est plus fort physiquement que tous les autres et mentalement, c’est le top.

Qu’est-ce qui sépare aujourd’hui notre contingent français d’un Rafael Nadal ?

Les quatre joueurs de l’équipe de France de Coupe Davis (Monfils, Gasquet, Tsonga et Simon, ndlr) ont tous déjà été dans le Top 10. Mais pour jouer les premiers rôles dans ces grands tournois, ça ne suffit pas. Il faut être dans les trois-quatre meilleurs. Et à ces places-là, on trouve Federer, Djokovic, Murray, Nadal…

Sur ce qu’il a montré ces derniers mois, Richard Gasquet peut-il se hisser à ce niveau ?

J’ai vu de très bonnes choses de sa part avant et pendant Roland-Garros. Il a joué de façon offensive et relâché. J’attends Wimbledon pour voir s’il va continuer dans ce sens-là. Il peut entrer dans le Top 10. Il est en reconstruction. Il peut encore progresser. Il le faut, surtout au niveau mental, s’il veut arriver au niveau d’un Nadal ou d’un Djokovic.

« Bartoli et la FFT doivent pouvoir s’entendre »

On parle de terre battue. Justement, c’est sur cette surface que vous défierez l’Allemagne (8-10 juillet) en quart de finale de la Coupe Davis…

On ne peut pas dire que cela va nous perturber. C’est vraiment la différence de niveau qui s’imposera et, je l’espère, nous qualifiera. Que ce soit Gaël Monfils, Richard Gasquet, Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon qui est polyvalent, l’équipe de France est bonne plus ou moins partout. Après, il y a le public. On l’a vu en Serbie (ndlr, lors de la finale de Coupe Davis perdue l’an passé). Ça compte ça, aussi…

Quel est votre sentiment sur le conflit qui oppose la FFT et Marion Bartoli ?

Marion fait un travail formidable avec son père. Ce qui est dommage, c’est qu’elle se prive de moments formidables avec d’autres jeunes filles. C’est dommage pour l’équipe de France de Fed Cup et pour elle aussi. Si demain, un terrain d’entente n’est pas trouvé et qu’elle ne joue pas les JO, tant pis pour elle. Mais les deux parties doivent pouvoir s’entendre et aller dans le même sens, au moins deux semaines par an.