RMC Sport

Leconte : « Les Français n’ont plus du tout la culture de la terre battue »

L'ancien numéro 1 français est inquiet pour l'avenir des Bleus sur la terre battue

L'ancien numéro 1 français est inquiet pour l'avenir des Bleus sur la terre battue - -

L’ancien champion français explique les difficultés rencontrées cette année par les Français à Roland-Garros.

Henri Leconte, il n’y a plus de Français en cette deuxième semaine de Roland-Garros. Quel est votre sentiment ?
On est tous déçu, mais malheureusement c’est comme ça, il reste les meilleurs et les Français ne sont pas encore dans les meilleurs mondiaux. Jo (Tsonga) aurait pu s’en sortir. Pour les autres, le tirage a été difficile. Gasquet a joué Murray le lundi, il aurait très bien pu jouer mardi, je pense qu’il faudrait améliorer l’organisation pour pouvoir aider un peu les Français. Pour Jo, il y a aussi eu un problème. Il voulait jouer le mardi, il a joué le dimanche et vous connaissez la suite.

Marion Bartoli s’est plainte que les joueurs s’entraînent trop sur surface rapide. Qu’en pensez-vous?
C’est vrai. Par exemple, Nadal s’entraîne sur terre battue depuis qu’il est tout petit. C’est la surface la plus dure à jouer mais ça lui permet de se retrouver en super forme tout au long de la saison. Les Français font peut-être l’impasse sur une préparation solide et rythmée. Ce n’est pas en poussant que pour Roland Garros que l’on va être bien. Il faut travailler sur toute l’année et jouer moins. Et s’organiser en fonction de Roland-Garros.

Les Français ont-ils encore cette culture de la terre battue ?
On n’a plus du tout la culture de la terre battue ! Moi, je n’étais pas un joueur de terre battue, mais j’y ai fait tous mes meilleurs résultats. C’est une surface qui demande énormément d’efforts physiques mais qui vous permet de mieux jouer durant l’année. Peut-être que la solution est d’aller en Espagne pour voir comment s’entraînent Nadal et les autres. On le faisait bien il y a vingt ans, aux Etats-Unis.

On commence à parler de Jo-Wilfried Tsonga comme successeur de Yannick Noah…
Je le souhaite. Jo est très fort physiquement, il me fait penser à Becker. C’est sûr que sa surface de prédilection est le dur. La terre battue est sa dernière surface et c’est là qu’il devrait travailler. J’espère que Jo pourra au moins gagner un Master. Il a fait une finale en Australie, alors si ce n’est pas Roland ce sera l’US Open ou un autre.

Pierrick Taisne