RMC Sport

Noah : « J’ai l’impression que c’était hier »

-

- - -

Aujourd'hui, on fête les 25 ans de la victoire de Yannick Noah à Roland-Garros (le 5 juin 1983), un match qui a marqué l'histoire du tennis français. Interview de celui qui reste le dernier vainqueur français d’un tournoi du Grand Chelem.

Yannick Noah, vous-rendez vous compte que cela fait déjà 25 ans que vous avez remporté Roland-Garros face à Mats Wilander (6-2, 7-5, 7-6) ?
Comme vous le disiez, cela fait 25 ans. Ensuite il y aura les 30 ans… En même temps, j’ai l’impression que c’était hier. Avant, on avait des photos qui perdaient leurs couleurs au fil du temps… Aujourd’hui, on a le film avec le son et je tombe pas mal dessus en ce moment. C’est un peu la magie de la vidéo.

Quelles différences faîtes-vous entre le tennis d’aujourd’hui et celui de l’époque ?
C’est un autre jeu. C’est un peu comme si vous regardiez la Formule 1 d’aujourd’hui avec des images d’il y a 30 ans : ce n’est pas le même moteur. Nous, on jouait avec des raquettes en bois… Ce n’est pas le même sport. Mais l’effort physique, l’attention, et l’émotion de la victoire restent identiques. C’est ce qui compte car on joue pour ce moment là. Aujourd’hui, il y a même des filles qui servent à 200 km/h. A l’époque, si on servait à 190 km/h avec une raquette en bois, on se démontait l’épaule ! C’est l’évolution normale du jeu. C’est vrai que quand on regarde les images d’archives, c’est assez marrant car on a l’impression de jouer au ralenti.

La rédaction avec François-Xavier de Châteaufort