RMC Sport

Pitkowski : « Gasquet aime bien qu’on lui fiche la paix »

Sarah Pitkowski

Sarah Pitkowski - -

Même s’il a été battu par Andy Murray en demi-finales du Masters 1000 de Miami, Richard Gasquet est en grande forme. Pour Sarah Pitkowski, c’est quand Richard Gasquet bénéfice d’une certaine tranquillité autour de lui qu’il est le meilleur.

La nuit dernière, Richard Gasquet a été éliminé du tournoi de Miami par Andy Murray (6-7, 6-1, 6-2). Une défaite qui n’enlève rien à l’excellent niveau de jeu du Biterrois depuis le début de l’année. Avec déjà deux titres en 2013, Sarah Pitkowski, membre de la Dream Team RMC Sport, en fait le meilleur joueur français, devant Tsonga. « On ne peut pas confronter Richard Gasquet à Jo-Wilfried Tsonga parce que ça dépend des surfaces, des préparations. Mais c’est certain qu’aujourd’hui, Richard est le Français qui joue le mieux aujourd’hui depuis le début de l’année. Et il fait partie des trois ou quatre joueurs au monde à avoir gagné deux titres en début d’année, à Doha et Montpellier. Donc son palmarès parle pour lui. Mais la saison est longue, il y a toujours des moments où on joue mieux et d’autres où on a du mal à reprendre le rythme. Mais si Tsonga est allé chercher Roger Rasheed, c’est parce qu’il était sans entraineur et qu’il était arrivé au bout du processus sans entraineur. Il lui fallait un regard extérieur pour passer un palier supplémentaire. »

« Richard a grandi dans la douleur »

« Une chose est sûre, c’est que Richard a prouvé qu’il était capable d’enchainer. Il faisait quelques coups d’éclat mais il avait du mal à jouer un ou deux mois d’affilée. Il y avait souvent un pépin physique qui le maintenait dans la spirale dans laquelle il était engouffré. Il n’a pas envie d’être sous les feux de la rampe. Il a envie de faire son métier, il aime le tennis, mais il n’a pas envie d’être exposé. On a le sentiment qu’il n’aime pas cette position. A chaque fois qu’on l’attend dans des rendez-vous tennistiques, il est souvent passé au travers. Alors que quand on le laisse faire son petit bonhomme de chemin avec de la discrétion, comme maintenant, c’est là qu’il arrive à s’exprimer le mieux. Il aime bien qu’on lui fiche la paix. Et cette histoire à Miami (il avait été contrôlé positif à la cocaïne en 2009, ndlr) avait quand même mis un coup d’arrêt à sa carrière, et l’a fait de grandir, mais dans la douleur. Le signe qu’il joue bien à Miami va peut-être être un tremplin supplémentaire. »

A lire aussi :

- Dominguez : « Gasquet murit »

- Miami : Murray trop fort pour Gasquet

- Miami : Murray chasse Federer

Grandes Gueules du Sport