RMC Sport

Tennis: la descente aux enfers d'Arantxa Sanchez, ruinée et en instance de divorce

Arantxa Sanchez pleure pendant la présentation de son livre, en 2012

Arantxa Sanchez pleure pendant la présentation de son livre, en 2012 - AFP

Selon la presse espagnole, l’ancienne championne de tennis Arantxa Sanchez se trouve dans une terrible situation: ruinée et acculée par les dettes, elle doit aussi faire face à des problèmes conjugaux et familiaux.

Que la gloire semble loin pour l’ex-championne de tennis Arantxa Sanchez. L’ancienne numéro 1 mondiale et triple vainqueur de Roland Garros (1989, 1994 et 1998) connaît une véritable descente aux enfers. Si l’on savait l’Espagnole de 46 ans ruinée, elle doit désormais faire face à des problèmes conjugaux: son second mari, Josep Santacana, avec qui elle s’est mariée en 2008, l’a quittée, s’est installé avec une autre femme, a demandé le divorce et réclame la garde exclusive de leurs deux enfants.

Selon la presse espagnole, Josep Santacana a quitté leur domicile conjugal de Miami et a emporté tous les biens d’Arantxa Sanchez, dont ses trophées, et a emménagé avec sa maîtresse. Une journaliste ibérique, Marisa Martín-Blázquez, a par ailleurs indiqué que l’ex-tenniswoman soupçonnait son mari d’infidélité depuis longtemps. "Il a nié et l'a encouragée à aller voir un psychologue. C'est ce qu'elle a fait et Santacana a l'intention d'utiliser cela pour obtenir la garde de leurs enfants", a déclaré la journaliste sur la chaîne espagnole de Telecinco.

Josep Santacana a d’ailleurs déposé une demande de divorce, le 3 janvier dernier, devant le tribunal de Miami, dans laquelle il réclame effectivement la garde exclusive de leurs deux enfants, Arantxa Jr (9 ans) et Léo (6 ans), au motif que "leur mère souffre de problèmes psychologiques et n'est pas dans des conditions optimales" pour s'occuper d'eux. Une nouvelle bataille judiciaire qui s’annonce éprouvante pour l’ancienne gloire du tennis mondiale. Lors de la première audience, le 13 février dernier, le magistrat a fait une demande d’ordonnance restrictive à l’encontre d’Arantxa Sanchez pour obtenir la garde provisoire des enfants. Le lendemain, il a demandé à Josep Santacana de restituer les biens à son épouse.

Des dettes colossales

Rappelons par ailleurs qu’Arantxa Sanchez est dans une situation financière très délicate. Celle qui a autrefois accumulé près de 17 millions de dollars de gain dans sa carrière accumule aujourd’hui les dettes. L’ancienne tenniswoman doit 1,7 millions d’euros au fisc espagnol pour des impôts impayés entre 1989 et 1993, auxquels s’ajoutent 7,5 millions que lui réclame depuis janvier la Banque de Luxembourg, dont 2,5 millions correspondent aux intérêts d’une garantie bancaire… souscrite pour le remboursement d’autres impayés. Pour ne rien arranger, c’est son mari Josep Santacana qui gère tous ses actifs, un patrimoine estimé à 2 millions d’euros. Arantxa Sanchez vit actuellement avec 3000 euros de salaire par mois, gagnés en tant que directrice sportive d’un centre éducatif.

L’ex-championne des courts accuse depuis plusieurs années sa famille d'avoir dilapidé sa fortune et d’être à l’origine de sa ruine. En 2012, elle avait d’ailleurs attaqué en justice son père, son frère, un avocat et un gestionnaire, les accusant de "détournement de fonds et d’administration frauduleuse". En 2015, elle avait finalement conclu un accord avec ses proches dans lequel elle récupérait notamment deux de ses propriétés un appartement à Barcelone, où vivaient ses parents, et une maison de vacances sur la Costa Brava. Si la bataille judiciaire est terminée entre l’ex-tenniswoman et sa famille, les tensions n’en restent pas moins vives. En février 2016, aux obsèques de son père, sa famille lui avait refusé l’accès au funérarium.

Cédric Rémia