RMC Sport

Bartoli : « Proche de l’état de grâce »

-

- - -

Qualifiée pour la première fois de sa carrière en quart de finale de l’US Open après sa victoire sur Kvitova, Marion Bartoli est revenue sur l’invraisemblable scénario de ce match face à la Tchèque. Mais à 27 ans, l’Auvergnate ne veut pas s’arrêter là.

Marion, que ressentez-vous après ce match extraordinaire (1-6, 6-2, 6-0) ?

C’était un match assez incroyable surtout dans le scénario. Au premier set, je prends encore 6-1 contre elle, ça fait la troisième fois en peu de temps donc ça commence à faire beaucoup. Puis je me suis battue, j’ai essayé d’être plus agressive, de frapper la balle plus fort, de mieux bouger sur le court. J’ai toujours cru en mes chances, ce qui m’a permis de faire un troisième set assez incroyable pour moi. J’espère rejouer aussi bien au prochain match. J’avais l’impression de ne pas pouvoir rater la balle, d’être en avance sur ses coups alors qu’elle frappe très fort, mais aussi de bouger très bien. J’étais proche de l’état de grâce. Honnêtement, j’espère que je serai capable de reproduire ce genre de performance en quart de finale.

Vous atteignez enfin les quarts de finale ici à New-York…

Je suis contente de le faire cette année. J’ai vécu un printemps difficile avec Roland Garros et Wimbledon, deux déceptions consécutives. Venir ici et atteindre pour la première fois les quarts de finale me permet de croire à nouveau en mes capacités de retrouver le top 10 et de jouer au plus haut niveau mondial. C’est vraiment génial pour moi ! Il a fallu que je m’accroche et me batte pour remonter la pente et retrouver un niveau physique et d’intensité mentale sur le court qui me permettent de jouer au niveau où je veux le faire, c'est-à-dire le top 10 mondial.

« Faire une demie dans chaque Grand Chelem »

Vous comptez un quart de finale dans les quatre tournois du Grand Chelem. Qu’espérez-vous désormais ?

J’espère faire mieux parce j’ai déjà une demie à Roland et une finale à Wimbledon donc j’aimerais bien faire les quatre demies au moins. Même si faire quatre quarts c’est pas mal comme palmarès, j’espère faire mieux et je pense avoir les capacités de le faire. Je l’ai montré aujourd’hui (dimanche, ndlr) : en termes de niveau de jeu, je peux atteindre les derniers carrés des quatre Grands Chelems.

Vous rejoignez Mauresmo et Pierce dans ce cercle très fermé…

C’est un honneur d’être au même niveau que ces deux grandes championnes françaises. Maintenant, elles ont toutes les deux un titre du Grand Chelem et moi, je n’en ai pas donc je suis loin de leur niveau.

Propos recueillis par Eric Salliot