RMC Sport

Pioline : « Gasquet montre beaucoup plus de caractère »

Richard Gasquet s'est qualifié pour les demi-finales de l'US Open

Richard Gasquet s'est qualifié pour les demi-finales de l'US Open - -

Dernier demi-finaliste français à l’US Open, en 1999, Cédric Pioline est heureux d’avoir été rejoint dans ce cercle par Richard Gasquet. Un joueur dont il apprécie les progrès sur le plan mental.

Cédric Pioline, comment analysez-vous cette victoire de Richard Gasquet face à David Ferrer ?

Bravo à lui car c’était loin d’être facile face à un Ferrer dont on connait la qualité. Il y a eu beaucoup de tension et d’occasions de part et d’autre. Et c’est finalement Richard qui s’est montré le plus solide. Ce qui me fait plaisir, au-delà du très bon jeu que déploie Richard, c’est qu’il montre beaucoup plus de caractère que par le passé. Il a su prendre sa chance et donner le petit coup de rein décisif alors qu’il a parfois tendance être attentiste. Il a fait ce qu’il fallait. C’est un vrai signe encourageant. Est-ce que c’est seulement ici ou est-ce qu’il saura le garder à l’avenir ? En tout cas, c’est un vrai progrès.

Sentez-vous un changement de personnalité, dans sa façon de s'affirmer sur le court ?

Je pense que sa personnalité est toujours la même. Après, il a compris des choses. A force d’être en huitième de finale et de bloquer, de faire partie des dix premiers mondiaux et d’affronter les tout meilleurs, il apprend. Il a aussi un bon encadrement autour de lui. Ce sont des choses qui mettent un petit peu de temps à se mettre en place. Ça passe sur ce tournoi, qui sera sûrement une référence pour la suite de sa carrière.

Vous n'êtes donc plus le dernier Français demi-finaliste à l

Je suis content qu’il me rejoigne dans ce club. J’espère qu’il me rejoindra dans le club suivant, qui est celui des finalistes (il a perdu la finale 1993 contre Pete Sampras, ndlr) et j’espère qu’il ira même dans le club encore au-dessus, celui des vainqueurs, dont je ne fais pas partie (sourire).

A lire aussi :

- US Open : Gasquet, c’est grand !

- Gasquet : « Une immense satisfaction »

- Federer, le crépuscule d’un dieu

Propos recueillis par Eric Saliot et à New York