RMC Sport

Et Tsonga s’effondra…

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga - -

Dernier joueur français encore en lice, Tsonga a subi la loi d’Andy Murray mercredi en quart de finale à Wimbledon. Battu en quatre sets (7-6, 6-7, 2-6, 2-6), le Manceau a lâché le match à partir du troisième set.

Pour sa première apparition sur le prestigieux Central Court, Jo-Wilfried Tsonga n’a pas créé la sensation hier sur le gazon de Wimbledon. Logiquement battu par Andy Murray en quatre manches (7-6, 6-7, 2-6, 2-6), le Français, pourtant bien parti, s’est effondré après avoir perdu le deuxième set au tie-break (7-5). « Il n’a pas pu répondre au combat physique alors que c’est l’un de ses points forts », regrette Guy Forget, capitaine de l’équipe de France. C’est donc l’Ecossais, numéro 4 mondial, qui affrontera Rafael Nadal, vainqueur de Söderling, pour sa deuxième demi-finale consécutive à Londres. Et tous les Britanniques se mettent à rêver d’une première victoire d’un joueur britannique « à la maison » depuis Fred Perry en 1936. Hier, en tout cas, Murray était sans conteste le plus fort. Et pourtant…

Le premier set est très accroché. Aucun des deux acteurs ne veut céder son service. Tsonga est dans le coup. Il sauve une balle de break à 4-4 et obtient une balle de set sur son service à 5-4. Murray, offensif, sauve sa peau au filet. Tie-break. A ce jeu-là, le Français se montre plus costaud, concluant cette première manche par une belle volée (7-5).

Il renonce au combat

Le début du deuxième set est complètement fou. Remonté, Murray breake Tsonga pour mener rapidement 3-0. Mais à ce moment de la partie, le Manceau a encore des ressources. Il revient à 3-3. Tout est à refaire pour l’Ecossais. Le match est toujours très accroché et c’est encore le tie-break qui doit départager les deux acteurs. Le tournant de la rencontre. Alors qu’il mène 5-4, Tsonga ressent une douleur à la main droite. Sur le point suivant, il commet une grossière erreur en laissant volontairement passer une balle qu’il pensait out : 6-5 et balle de set pour Andy Murray qui concrétise dans la foulée (7-5).

Dès lors, Tsonga sort complètement du match. « Ça s’est arrêté quasi instantanément », observe Forget. J’espère que ce n’est pas inquiétant pour l’avenir. » Car Tsonga renonce même au combat. La confiance a changé de camp. Soutenu par son public, Murray prend deux fois le service de Tsonga et remporte la 3e manche sans trembler (6-2). Le troisième set est aussi une formalité pour Andy Murray qui rejoint donc le dernier carré d’un tournoi du Grand Chelem pour la quatrième fois de sa carrière. A 23 ans, son jour de gloire est peut-être pour dimanche.

Aurélien Brossier avec E.S. à Londres